A la Une

Refus d'une enquête internationale sur l’assassinat de deux experts onusiens, Kinshasa engage un bras de fer avec l’Onu

Refus d'une enquête internationale sur l’assassinat de deux experts onusiens, Kinshasa engage un bras de fer avec l’Onu

Kinshasa a décidé d’affronter en duel le Conseil de sécurité de l'ONU, en refusant d'autoriser...

Bruno Tshibala dépose le projet de budget 2017 à l’Assemblée nationale

Bruno Tshibala dépose le projet de budget 2017 à l’Assemblée nationale

Les deux Chambres du Parlement n’ont que 20 jours pour examiner et adopter ce projet de budget...

Un refus de trop

Un refus de trop

Le refus du gouvernement de la République démocratique du Congo à l’offre d’appui de la...

Belges et Français protègent des « infiltrés »

Belges et Français protègent des « infiltrés »

La nouvelle liste de personnalités visées par des sanctions ciblées de l'Union européenne tarde à...

Akinwumi Adesina : « Le temps est arrivé de créer la révolution verte en Afrique »

Akinwumi Adesina : « Le temps est arrivé de créer la révolution verte en Afrique »

Les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), ouvertes en Inde le...

Imprimer

La culture de la démission

Écrit par Le Potentiel . Publié dans Online Dépêches

La République démocratique du Congo traverse une crise politique qui affecte tous les secteurs de la vie nationale. Une telle situation devrait interpeller les acteurs politiques congolais. Malheureusement, tel n’est pas le cas au regard du comportement que ces derniers affichent depuis plusieurs années. Au lieu de prendre conscience de l’ampleur de la crise qui tenaille le pays, les politiques congolais passent leur temps aux discussions sans lendemain.

 

Et pourtant, ils devaient explorer toutes les voies de sortie de la crise multiforme qui sévit au pays, question de sauver le navire RDC qui prend déjà de l’eau. Est-ce un problème d’inconscience ou de manque de patriotisme ?

Sous d’autres cieux, les acteurs politiques se distinguent par un comportement responsable. Ce qui n’est pas le cas en RDC, où le dialogue politique a mis plus de temps que prévu. Les acteurs politiques congolais n’ont pas la culture de la démission. Même si les choses ne marchent pas, ils s’accrochent toujours. Une façon de démontrer le degré d’inconscience qui caractérise la classe politique congolaise.

Contesté à sa nomination comme Premier ministre, Samy Badibanga s’est accroché au pouvoir jusqu’au jour où le chef de l’Etat l’a  contraint à la démission, avec l’annonce de la nomination du nouveau Premier ministre. Un exercice auquel il devrait se soumettre avant que le chef de l’Etat le lui demande. Curieusement, il a fait semblant comme si de rien n’était en laissant derrière lui un gouvernement sans bilan. La personnalité est un atout indispensable en politique. D’où la nécessité d’incarner la culture de la démission au lieu de gouverner par défi.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

En prévision du match RDC – Congo comptant pour la 1ère journée des éliminatoires de la CAN 2019, le sélectionneur Florent Ibenge a publié la liste de 23 Léopards sélectionnés. Il a également...

Facebook FanBox