A la Une

Refus d'une enquête internationale sur l’assassinat de deux experts onusiens, Kinshasa engage un bras de fer avec l’Onu

Refus d'une enquête internationale sur l’assassinat de deux experts onusiens, Kinshasa engage un bras de fer avec l’Onu

Kinshasa a décidé d’affronter en duel le Conseil de sécurité de l'ONU, en refusant d'autoriser...

Bruno Tshibala dépose le projet de budget 2017 à l’Assemblée nationale

Bruno Tshibala dépose le projet de budget 2017 à l’Assemblée nationale

Les deux Chambres du Parlement n’ont que 20 jours pour examiner et adopter ce projet de budget...

Un refus de trop

Un refus de trop

Le refus du gouvernement de la République démocratique du Congo à l’offre d’appui de la...

Belges et Français protègent des « infiltrés »

Belges et Français protègent des « infiltrés »

La nouvelle liste de personnalités visées par des sanctions ciblées de l'Union européenne tarde à...

Akinwumi Adesina : « Le temps est arrivé de créer la révolution verte en Afrique »

Akinwumi Adesina : « Le temps est arrivé de créer la révolution verte en Afrique »

Les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), ouvertes en Inde le...

Imprimer

Kasaï : le général Asumani Issa Umba à la tête de la zone spéciale d’opérations

Écrit par P.M.. Publié dans Online Dépêches

Face au conflit qui s’accentue jour après jour au Kasaï, le chef de l’État a annoncé, mercredi lors de son adresse à la nation devant les deux Chambres du Parlement réunies en congrès, la création d’une zone spéciale d’opérations pour la région touchée par le phénomène Kamuina N’sapu.

 

Le général de brigade Asumani Issa Umba a été nommé pour commander la zone spéciale d’opérations du Kasaï. L’ordonnance présidentielle de nomination a été lue mercredi à télévision nationale. Il sera secondé par deux adjoints, à savoir les colonels Sadiki et Botongo. Le trio a comme principale mission principale de mettre fin à la crise qui secoue la région depuis plusieurs mois. Le conflit au Kasaï a déjà causé la mort des centaines de victimes et affecté des milliers de personnes.

Au cours de son adresse à la nation, Joseph Kabila a appelé au calme. Depuis la mort du chef coutumier Kamuina N’sapu, il ne se passe une semaine sans qu’une fosse commune soit découverte au Kasaï. Le dernier décompte de l’ONU était à 23. Et la semaine dernière a été marquée par les accusations de l’Eglise catholique faisant état de tueries systématiques des jeunes dans la commune de la Nganza.

Pour tous ces faits, Joseph Kabila a annoncé que des enquêtes sont en cours.

Pour rappel, le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité Ramazani Shadary qui a été invité par le bureau du Sénat sur cette question, dans le cadre du contrôle parlementaire, mardi 4 avril, avait évalué la situation des victimes collatérales de ce phénomène. Avec les six sénateurs du Kasaï Central, Ramazani Shadary était d’avis sur la nécessité d’une approche de dialogue afin de garantir, notamment la tenue des épreuves d’examen d’Etat pour les finalistes du secondaire mais aussi les opérations d’enrôlement des électeurs annoncées pour bientôt dans cette partie de la République.

 

Dans la foulée, le gouvernement souscrit à l’idée de réunir tous les députés nationaux et sénateurs, députés provinciaux du Grand Kasaï pour examiner, notamment les questions humanitaires et mettre en place une commission gouvernementale pour examiner les dédoublements observés dans certains regroupements ainsi que la restauration de l’autorité de l’Etat sur le terrain.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

En prévision du match RDC – Congo comptant pour la 1ère journée des éliminatoires de la CAN 2019, le sélectionneur Florent Ibenge a publié la liste de 23 Léopards sélectionnés. Il a également...