A la Une

Bon pour le placard

Bon pour le placard

Sous le soleil, la trahison n’a jamais payé. Car, à fin de compte, comme dans un film de...

Les non-dits de la signature de l’arrangement particulier du palais du peuple: des traîtres trahis

Les non-dits de la signature de l’arrangement particulier du palais du peuple: des traîtres trahis

La MP et ses nouveaux alliés débauchés dans le Rassemblement ont réussi leur show jeudi au...

Arrangement particulier : J. Kabila torpille la résolution  2348 du Conseil de sécurité

Arrangement particulier : J. Kabila torpille la résolution 2348 du Conseil de sécurité

La cérémonie de signature de l’arrangement particulier à l’Accord du 31 décembre 2016 a bel et...

Signature ce jeudi  de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

Signature ce jeudi de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

C’est loin du Centre interdiocésain et sans la Cenco que le Parlement a choisi de faire signer ce...

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

L’opération d’enrôlement des électeurs démarre, ce dimanche 30 avril 2017, dans les aires...

Imprimer

Se démarquer des clivages

Écrit par Le Potentiel.

Après deux jours de consultations à la suite de l’échec des négociations menées par la CENCO, le président de la République s’adresse, ce mercredi, aux deux Chambres du Parlement réunies en congrès. Cet exercice constitutionnel, qui ne lui est permis qu’une fois l’an, intervient habituellement vers la fin de l’année. Que le chef de l’État le ramène au premier semestre, en plein avril, c’est qu’il y a un malaise au pays qui ne dit pas son nom. Mais que va dire le président de la République pour accélérer la marche de la nation ?

Il ne faut pas se leurrer outre mesure. Le pays va mal. À l’heure actuelle, un fossé béant sépare le peuple de ses gouvernants. L’insécurité toujours grandissante dans plusieurs coins du territoire national ; le social, toujours et encore lui, réclame à grand cri l’intervention « personnel » du chef de l’État. Tout est assaisonné pour faire sauter les vannes.

De deux choses, l’une. Ou le chef de l’Etat décrypte la situation, ou il l’envenime en faisant la volonté de ses faucons. Entre les deux, l’adresse du président de la République n’aura d’intérêt que si elle rencontrait les attentes réelles du peuple congolais. Tous les citoyens souhaitent que le chef de l’État écoute la «voie de la sagesse », en respectant à la lettre l’Accord politique du 31 décembre 2016.

Pour ce faire, il doit se démarquer des clivages politiques. Kabila devrait également se débarrasser de son étoffe d’autorité morale de la MP pour se présenter devant le congrès en chef de l’État, garant de la nation.

Pour tout dire, le chef de l’État devrait éviter de faire du déjà-entendu, du déjà-vu, en adoptant une position qui rassure tout le monde. Il devrait faire en sorte que sa sortie ne soit pas un rendez-vous manqué qui allumerait le feu qui couve sous la cendre. Mais plutôt un jalon qui dégage le chemin d’espérance pour tous.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Pendant que les acteurs politiques signaient ostentatoirement hier au Parlement l’arrangement particulier à l’Accord de la saint-Sylvestre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du...