A la Une

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Peine perdue

Peine perdue

L’opinion assiste, depuis quelques jours, à des « rumeurs » faisant état d’un possible...

Sortie des cambistes de l’informel : difficile pari de la Banque centrale

Sortie des cambistes de l’informel : difficile pari de la Banque centrale

La Banque centrale du Congo a initié des négociations avec les changeurs de monnaies,...

Des dirigeants congolais sur la shortlist de la CPI

Des dirigeants congolais sur la shortlist de la CPI

L’assassinat en mars dernier de deux experts des Nations unies dans le Kasaï reste d’actualité....

Tôt ou tard

Tôt ou tard

Rien n'est gratuit en ce bas monde. Tout s'expie, le bien comme le mal, se paie tôt ou tard....

Imprimer

Tête-à-tête Trump-Xi Jinping sur fond du nucléaire nord-coréen

Écrit par Cyprien Kapuku. Depuis Beijing/ China. Publié dans Internationale

C’est à Floride, dans sa résidence privée de Mar-a-Lago, que le président américain, Donald Trump recevra les 6 et 7 avril son homologue chinois Xi Jinping. Un tête-à-tête qui s’annonce d’ores et déjà tendu, compte tenu des sujets à l’ordre du jour : le nucléaire nord- coréen et le commerce international.

 

Si les Etats-Unis et la Chine  sont pour l’heure mieux placer pour régenter les affaires au niveau international, il en ressort que ces deux puissances restent bien divisées sur un certain nombre des sujets qui sont tout aussi essentiels pour la sécurité et le développement économique du monde. C’est entre autres le cas du nucléaire et de la pratique du commerce international.  

A Floride, Donald Trump et Xi Jinping aborderont ces questions au cours de leur premier tête-à-tête qui n’a pas l’air d’être une simple partie de plaisir. Ces deux dirigeants vont, sans doute, se dire des vérités. Le président américain le sait. « Cette rencontre sera très difficile… », a, en substance,  indiqué Donald Trump, jeudi dernier sur son compte Twitter.

En effet, l’Administration américaine voit d’un mauvais œil le développement de la technologie nucléaire nord-coréenne. Pour Washington, pas question de laisser ce pays poursuivre avec l’enrichissement de son programme nucléaire.

Il est vrai que les Etats-Unis craignent pour la sécurité de leurs alliés Japonais et Sud-Coréen, constamment menacés par les essais des missiles venant de Pyongyang. Sur ce sujet, Washington n’exclut pas de recourir aux frappes ciblées contre les installations nucléaires nord-coréennes. Ce que Pékin déconseille, en proposant une alternative coopérative.

Mais dans ces discussions, les experts affirment que Pékin part avec un argument fort, celui de l’annonce de la fin de ses importations de charbon nord-coréen, conformément aux sanctions de l'ONU visant à convaincre le pays de renoncer à ses programmes nucléaire et balistique.

Annonçant déjà les couleurs de la rencontre entre Trump et XI, l’ambassadrice américaine aux Nations-Unies, Nikki Haley a déclaré que son pays entend  "mettre la pression" sur la Chine pour qu'elle prenne des mesures contre la course à l'arme nucléaire de la Corée du Nord.

 IT/ Les USA comptent sur la Chine

Déjà devenue, une puissance incontournable dans la résolution des conflits internationaux, la Chine le sera davantage dans la crise des missiles nord-coréenne qui annonce à peine ses couleurs. C’est pourquoi les Etats-Unis comptent sur elle afin de « stopper la course nucléaire nord-coréenne.

« Le seul pays qui peut stopper la Corée du Nord c’est la Chine et elle le sait. Elle doit  agir et nous allons continuer à mettre la pression sur la Chine pour qu'elle  agisse », a martelé Nikki Haley lors d'un entretien diffusé dimanche sur la chaîne américaine ABC.

Evidemment, les risques de persistance des divergences après cette rencontre au sommet restent assez importants. D’autant plus que ces deux grandes puissances n’ont pas forcément la même perception de la vie internationale. Chacun regarde le monde du haut de son village. L’un toujours prêt à recourir à l’option militaire, tandis que l’autre veut bien rester fidèle au «soft power ».

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les relations entre l’Association des professeurs de l’Université de Kinshasa (APUKIN) et le gouvernement Tshibala ne prêtent désormais à aucune équivoque. Cela après les négociations entre les...