A la Une

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Imprimer

Accord de la Saint-Sylvestre : les ambassadeurs de l’UE consultent Félix Tshisekedi

Écrit par Pitshou Mulumba le . Publié dans A la Une

L’échec des négociations de la Cénco et leur incidence sur l’organisation des élections en 2017 ont été au menu de l’entretien entre le président du Rassemblement, Félix Tshisekedi, et les ambassadeurs de l’Union européenne, notamment celui de la France, de la Belgique et de la Suède. D’ores et déjà, les diplomates de l’UE rassurent qu’ils vont s’investir pour la mise en œuvre du compromis politique signé le 31 décembre 2016 entre la Majorité et l’Opposition congolaise.

Le président du Rassemblement, Félix Tshisekedi, a reçu, hier vendredi 31 mars en audience à Limete, les ambassadeurs de l’Union européenne. L’entretien qui a duré plus d’une heure, a tourné autour de l’échec des négociations des discussions directes sous la médiation de la Cénco et son incidence sur l’organisation des élections en 2017.

Se confiant à la presse après cet échange, les diplomates européens ont réitéré leur engagement à s’investir pour la mise en œuvre de l’Accord politique de la Saint-Sylvestre destiné à mettre fin à l’impasse électorale. Et pour y arriver, les diplomates de l’UE rencontrent toutes les parties prenantes, question de persuader les uns et les autres sur le risque que court le pays dans le blocage de la mise en œuvre de l’Accord obtenu au Centre interdiocésain sous l’égide des évêques de la Cénco.

La démarche de l’UE fait suite à la position prise par son Conseil de sécurité qui considère que, pour la RDC, l’Accord du 31 décembre 2016 est la seule voie pour asseoir la légitimité nécessaire aux institutions qui devraient gérer la transition, y compris celle de la présidence. Le communiqué signé par les 28 en début du mois de mars  dernier soulignait le fait que ni la disparition du leader de l’Opposition Etienne Tshisekedi, ni la situation sécuritaire ne devraient offrir de prétexte pour remettre en question le processus qui doit mener à une alternance démocratique et pacifique du pouvoir en République démocratique du Congo.

 

Du côté du Rassemblement, l’on considère que le blocage ayant trait à la finalisation de l’arrangement particulier a été « intentionnellement » créé par la Majorité en vue d’éviter la mise en œuvre de l’Accord politique. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

S’alignant presque sur la ligne de la Majorité présidentielle (MP), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé entendre que les élections reportées « au plus tard en décembre » auront...

Facebook FanBox