A la Une

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Peine perdue

Peine perdue

L’opinion assiste, depuis quelques jours, à des « rumeurs » faisant état d’un possible...

Sortie des cambistes de l’informel : difficile pari de la Banque centrale

Sortie des cambistes de l’informel : difficile pari de la Banque centrale

La Banque centrale du Congo a initié des négociations avec les changeurs de monnaies,...

Des dirigeants congolais sur la shortlist de la CPI

Des dirigeants congolais sur la shortlist de la CPI

L’assassinat en mars dernier de deux experts des Nations unies dans le Kasaï reste d’actualité....

Tôt ou tard

Tôt ou tard

Rien n'est gratuit en ce bas monde. Tout s'expie, le bien comme le mal, se paie tôt ou tard....

Imprimer

L’Assemblée nationale sursoit la ratification de la gestion intégrée des ressources en eau du bassin du Lac Kivu

Écrit par Pitshou Mulumba. Publié dans Online Dépêches

L’Assemblée nationale a décidé en plénière, hier vendredi 31 mars, la surséance du vote du projet de loi autorisant la ratification de la Convention internationale relative à la gestion intégrée des ressources en eau du bassin du lac Kivu et de la rivière Ruzizi. Cette option a fait suite à la motion incidentielle présentée par le député national Henri-Thomas Lokondo.

 

« On ne peut pas voter la ratification parce que cette convention est antérieure à la loi sur la gestion de l’eau, votée récemment. Il faut qu’on donne le temps à la représentation nationale de prendre connaissance calmement de la Convention pour se prononcer en conséquence », a fait savoir Henri-Thomas Lokondo.

Pour l’élu de Mbandaka, la loi sur la gestion de l’eau est assise sur une base constitutionnelle. C’est question donc de voir si certaines dispositions qui sont dans la loi ne contredisent pas la Convention qui est antérieure à la loi.

Pour rappel, il s’est tenu à Kigali, au Rwanda, en date du 6 juillet, la réunion des ministres en charge de la ressource en eau des Etats membres de la Communauté économique des pays des Grands Lacs (CEPGL).

Cette rencontre avait débouché sur la déclaration commune des ministres de réaffirmation de leur engagement et leur soutien au processus de mise en place du cadre institutionnel adéquat pour la gestion intégrée et durable des eaux du lac Kivu et de la rivière Ruzizi aux fins de marquer la volonté politique des Etats membres de souscrire à la protection et la conservation de la ressource en eau de ce bassin.

Et pour atteindre cet objectif, les Etats parties doivent coopérer dans l’élaboration d’une vision stratégique commune de gestion du bassin et la mise en œuvre des programmes d’actions en découlant. Les Etats coopèrent dans la conception et la mise en œuvre des règles et des normes harmonisées s’appliquant à la gestion de la ressource en eau du bassin.

Par ailleurs, les Etats sont également appelés à apporter une attention particulière aux communautés riveraines actuelles et futures, afin qu’elles bénéficient de l’utilisation durable des ressources naturelles et des aménagements du bassin.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les relations entre l’Association des professeurs de l’Université de Kinshasa (APUKIN) et le gouvernement Tshibala ne prêtent désormais à aucune équivoque. Cela après les négociations entre les...