A la Une

Contentieux Dispromalt – Stade des Martyrs : Le règne de l’arbitraire

Contentieux Dispromalt – Stade des Martyrs : Le règne de l’arbitraire

Le torchon brûle entre la société Dispromalt, spécialisée dans l’affichage publicitaire, et le...

Les humeurs

Les humeurs

On ne cessera jamais de le dénoncer. La gestion opaque des deniers publics reste une...

Le président Kabila intervient ce samedi devant l’Assemblée générale de l’ONU

Le président Kabila intervient ce samedi devant l’Assemblée générale de l’ONU

Après Kananga où il a inauguré mardi dernier le forum sur la paix et le développement dans...

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

Transition sans Kabila : HRW pousse l’ONU à l’action

L’hypothèse d’une transition sans le président Kabila gagne de plus en plus du terrain. Elle a...

Laissés pour compte

Laissés pour compte

La République démocratique du Congo traverse l’une des crises la plus dangereuse de son...

Imprimer

Kasaï: la cité de Luebo sous contrôle des hommes armés

Écrit par Stanislas Ntambwe. Publié dans Online Dépêches

Un groupe d’hommes armés, munis de diverses armes, ont pris, depuis vendredi 31 mars, le contrôle de la cité de Luebo (Kasaï). L’administrateur de Luebo, Joseph Mbuyi Mubenga, a confirmé cette information, ce samedi, à Radio Okapi:

 

Il a indiqué que ces hommes qu’il qualifie de véritables rebelles ont abattu huit personnes y compris son épouse avant de s’attaquer aux édifices publics et aux églises catholiques:

«Mon épouse a été abattue là où elle était cachée quelque part. Son corps continue à traîner sur la piste d’aviation. On a pris sa tête, ses mains et ses pieds qu’on a emportés. Autant d’autres policiers et des fils de policiers ont été abattus. Ce n’est pas une milice mais une rébellion armée», a affirmé l'administrateur du territoire de Luebo. Il a également précisé que ses administrés sont en débandade totale.

Ces hommes armés ont incendié les bâtiments administratifs: le bâtiment administratif du territoire, la prison, le Palais de la justice, l’évêché, le couvent de sœurs, certaines institutions privées (SOFICOM, SOLIDAIRE).

L’administrateur de Luebo regrette que les kits d’enrôlement aient été incendiés et redoute même la tenue des élections dans cette partie du Kasaï.

Il a expliqué que la police nationale n’est pas armée pour faire face à une telle attaque :

«La police n’est pas équipée pour faire face à une guerre qui arrive. Dans ces conditions, la police ne pouvait que se retrancher parce qu’elle n’est pas une armée. A Luebo, il n’y a jamais eu des militaires», a conclu Joseph Mbuyi Mubenga.

Toutefois, quelques responsables de l'église catholique contactés jeudi dernier, ont confirmé le pillage des édifices catholiques, à Luebo.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Dans le souci évident de contribuer efficacement à créer les conditions de l’émergence d’une classe moyenne, le secteur des Petites et moyennes entreprises constitue un secteur stratégique pour le...