A la Une

Unanimité à l’Assemblée nationale : Bruno Tshibala sommé de démissionner

Unanimité à l’Assemblée nationale : Bruno Tshibala sommé de démissionner

Les jours de Bruno Tshibala à la Primature sont comptés.  Son sort a été scellé mercredi à...

La guillotine

La guillotine

Le Premier ministre Bruno Tshibala a vécu mercredi une journée chaude à l’Assemblée nationale....

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Imprimer

Kasaï: la cité de Luebo sous contrôle des hommes armés

Écrit par Stanislas Ntambwe le . Publié dans Online Dépêches

Un groupe d’hommes armés, munis de diverses armes, ont pris, depuis vendredi 31 mars, le contrôle de la cité de Luebo (Kasaï). L’administrateur de Luebo, Joseph Mbuyi Mubenga, a confirmé cette information, ce samedi, à Radio Okapi:

 

Il a indiqué que ces hommes qu’il qualifie de véritables rebelles ont abattu huit personnes y compris son épouse avant de s’attaquer aux édifices publics et aux églises catholiques:

«Mon épouse a été abattue là où elle était cachée quelque part. Son corps continue à traîner sur la piste d’aviation. On a pris sa tête, ses mains et ses pieds qu’on a emportés. Autant d’autres policiers et des fils de policiers ont été abattus. Ce n’est pas une milice mais une rébellion armée», a affirmé l'administrateur du territoire de Luebo. Il a également précisé que ses administrés sont en débandade totale.

Ces hommes armés ont incendié les bâtiments administratifs: le bâtiment administratif du territoire, la prison, le Palais de la justice, l’évêché, le couvent de sœurs, certaines institutions privées (SOFICOM, SOLIDAIRE).

L’administrateur de Luebo regrette que les kits d’enrôlement aient été incendiés et redoute même la tenue des élections dans cette partie du Kasaï.

Il a expliqué que la police nationale n’est pas armée pour faire face à une telle attaque :

«La police n’est pas équipée pour faire face à une guerre qui arrive. Dans ces conditions, la police ne pouvait que se retrancher parce qu’elle n’est pas une armée. A Luebo, il n’y a jamais eu des militaires», a conclu Joseph Mbuyi Mubenga.

Toutefois, quelques responsables de l'église catholique contactés jeudi dernier, ont confirmé le pillage des édifices catholiques, à Luebo.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les signaux vitaux du Premier ministre virent au rouge. Le député national Henri-Thomas Lokondo ne lui accorde aucune chance à cause du retard pris dans le dépôt du projet de budget 2018. Bruno...