A la Une

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Imprimer

La CPI s’implique

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Depuis quelque temps, l’insécurité se porte bien dans la province du Kasaï Central. La psychose gagne du terrain. Les populations civiles ne savent pas à quel saint se vouer. A la base, les accrochages entre les miliciens du chef traditionnel Kamuina N’sapu et les forces de l’ordre. Des affrontements qui, selon les informations en provenance de cette partie du territoire national, font état de plusieurs cas de tueries et autres exactions sur les populations civiles.

«Lorsque deux éléphants se battent, ce sont des herbes qui en pâtissent», dit un adage. Cela est perceptible dans les provinces du Kasaï où les populations civiles payent le lourd tribut. Les activités économiques sont perturbées. Les cours sont suspendues dans presque toutes les écoles de la province. La misère et son cortège de malheurs refait surface dans ces provinces enclavées de la RDC.

Pour mettre un terme à la tragédie qui sévit surtout dans la province du Kasaï Central, il a été décidé de mettre autour d’une même table, les représentants du chef coutumier, les notables de la province et les experts du ministère de l’Intérieur. Une initiative qui n’a pas abouti au regard de la recrudescence de l’insécurité observée il y a peu.

La récente opération de bouclages des quartiers lancée par les forces de l’ordre dans les communes de la Nganza et Katoka a fait beaucoup de victimes. Des exécutions sommaires, des arrestations arbitraires et autres traitements inhumains sont signalés à Kananga. Préoccupée, la Cour pénale internationale (CPI) lève le ton.

Dans une déclaration datée du vendredi 31 mars 2017, le procureur de la CPI a déclaré : «Je suis profondément préoccupée par les nombreux rapports faisant état d'une situation de violences graves depuis plusieurs mois en RDC, en particulier dans les provinces des Kasaï. Des informations font état de violences entre des milices locales et les forces congolaises, du meurtre de nombreuses personnes, civiles et non civiles, d'enlèvements et d'exécutions sommaires de personnes, y compris d'experts de l’ONU en mission et de leurs accompagnateurs».

A en croire la CPI, ces actes pourraient constituer des crimes relevant de sa compétence. Pour un lendemain meilleur, la haute Cour invite les parties potentiellement impliquées à s'abstenir de recourir à la violence criminelle.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

S’alignant presque sur la ligne de la Majorité présidentielle (MP), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé entendre que les élections reportées « au plus tard en décembre » auront...

Facebook FanBox