A la Une

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

La résistance s’organise

La résistance s’organise

Une stratégie commune pour obtenir le départ du régime de Kinshasa avant la fin de l’année, voilà...

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Le dernier rapport des Nations unies sur la RDC, rendu public le dimanche 13 août et présenté...

Toute la vérité

Toute la vérité

Les violences et violations des droits de l’Homme en République démocratique du Congo ont pris...

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Imprimer

La CPI s’implique

Écrit par Le Potentiel . Publié dans A la Une

Depuis quelque temps, l’insécurité se porte bien dans la province du Kasaï Central. La psychose gagne du terrain. Les populations civiles ne savent pas à quel saint se vouer. A la base, les accrochages entre les miliciens du chef traditionnel Kamuina N’sapu et les forces de l’ordre. Des affrontements qui, selon les informations en provenance de cette partie du territoire national, font état de plusieurs cas de tueries et autres exactions sur les populations civiles.

«Lorsque deux éléphants se battent, ce sont des herbes qui en pâtissent», dit un adage. Cela est perceptible dans les provinces du Kasaï où les populations civiles payent le lourd tribut. Les activités économiques sont perturbées. Les cours sont suspendues dans presque toutes les écoles de la province. La misère et son cortège de malheurs refait surface dans ces provinces enclavées de la RDC.

Pour mettre un terme à la tragédie qui sévit surtout dans la province du Kasaï Central, il a été décidé de mettre autour d’une même table, les représentants du chef coutumier, les notables de la province et les experts du ministère de l’Intérieur. Une initiative qui n’a pas abouti au regard de la recrudescence de l’insécurité observée il y a peu.

La récente opération de bouclages des quartiers lancée par les forces de l’ordre dans les communes de la Nganza et Katoka a fait beaucoup de victimes. Des exécutions sommaires, des arrestations arbitraires et autres traitements inhumains sont signalés à Kananga. Préoccupée, la Cour pénale internationale (CPI) lève le ton.

Dans une déclaration datée du vendredi 31 mars 2017, le procureur de la CPI a déclaré : «Je suis profondément préoccupée par les nombreux rapports faisant état d'une situation de violences graves depuis plusieurs mois en RDC, en particulier dans les provinces des Kasaï. Des informations font état de violences entre des milices locales et les forces congolaises, du meurtre de nombreuses personnes, civiles et non civiles, d'enlèvements et d'exécutions sommaires de personnes, y compris d'experts de l’ONU en mission et de leurs accompagnateurs».

A en croire la CPI, ces actes pourraient constituer des crimes relevant de sa compétence. Pour un lendemain meilleur, la haute Cour invite les parties potentiellement impliquées à s'abstenir de recourir à la violence criminelle.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

En perspective du double choc des éliminatoires du Mondial 2018 contre la Tunisie (1er et 5 septembre), le sélectionneur de la RD Congo, Florent Ibenge, a rendu publique sa liste finale de 26...

Facebook FanBox