A la Une

Loin de résoudre la crise, la SADC est venue l’attiser

Arrivée à Kinshasa dans le cadre d’une mission de bons offices pour décanter la situation de...

Le décor de la crise conglaise

Le décor de la crise conglaise

Nommé pour succéder à Samy Badibanga, le Premier ministre Bruno Tshibala n’a pas encore pris ses...

Le décor de la crise

Le décor de la crise

Nommé pour succéder à Samy Badibanga, le Premier ministre Bruno Tshibala n’a pas encore pris ses...

Priorité de Bruno Tshibala : débaucher dans le Rassemblement

Priorité de Bruno Tshibala : débaucher dans le Rassemblement

Pourquoi, deux semaines après sa nomination ,Bruno Tshibala n’arrive pas à boucler définitivement...

Le Potentiel n° 7000

Le Potentiel n° 7000

  Ce jeudi, 20 avril 2017, coïncide avec la parution de la 7000ème édition du quotidien Le...

Imprimer

Négociations directes à la Cénco : privilégier les intérêts de la classe sociale

Écrit par Rich Ngapi. Publié dans Société

La Dynamique pour la refondation de la Société civile congolaise (DYRESOCIV) et la Société civile Regroupement dynamique d’intégration chrétienne (REDIC) ont, au cours d’une conférence le week-end dernier, donner leur position face au processus des négociations directes que préside la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco).

 

Dans une déclaration lue par le président de la DYRESOCIV et Société civile REDIC, le Révérend Lonkando Jérôme, cette branche de la Société civile juge « non crédible ce processus des négociations politiques sous l’égide des évêques d’autant plus que, selon elle, il n’y a pas une véritable inclusivité, c’est-à-dire la prise en compte dans ces négociations de manière distincte de trois composantes – Société civile, Majorité et Opposition ».

La déclaration condamne le fait d’allier la Société civile aux partis politiques qui, selon les signataires, c’est une façon de l’écarter (Société civile) de son objectif principal qui consiste à être un contrepoids des politiques, alors les aspirations de la population seront englouties par la classe politique.

« Nous demandons à leurs excellences, nos évêques, membres de la Cénco, à l’ensemble de la population congolaise ainsi qu’à tous les décideurs engagés dans la recherche d’un processus électoral apaisé et consolidé déjà en amont de s’y impliquer afin que ce processus des négociations de la Cénco soit véritablement inclusif et crédible en termes de la distinction, d’autonomie et d’équité des composantes et de résultat étant donné que les intérêts de la classe politique se diffèrent de ceux de la classe sociale », peut-on lire dans la déclaration.

Pour eux, puisque les politiques ont échoué dans la prise en charge des demandes sociales et dans l’organisation de différentes scrutins depuis 2006 dans le délais constitutionnel, la Société civile doit jouer véritablement son rôle de contrepoids du pouvoir et non s’inféoder à celui-ci. « Aujourd’hui, nous sommes en face des institutions de la république illégitimes ; toutes les institutions sont illégitimes », a déclaré le Révérend Lonkando.

 

C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, « l’inclusivité effective de la Société civile dans cette gestion de transition lui permettra de faire une bonne surveillance participative en vue de la crédibilité de la chose et consécration des résultats par la population ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Arrivée à Kinshasa dans le cadre d’une mission de bons offices pour décanter la situation de crise causée par l’atterrissage en catastrophe des discussions directes du Centre interdiocésain, la...