A la Une

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Imprimer

Disparition du professeur Robert Estivals : les bibliologues congolais envisagent lui rendre hommage

Écrit par Delphin Bateko le . Publié dans Culture

Le professeur émérite Robert Estivals est celui qui a suscité le goût de la bibliologie aux Congolais. Si la République démocratique du Congo a occupé, ces dernières années, la première place en Afrique dans la production des articles scientifiques sur la bibliologie, c’est grâce à ce spécialiste en sciences de l’information et de la communication.

 

Pour renforcer cette discipline à travers le monde, le Français Robert Estivals a mis en place, avec le concours d’autres spécialistes des livres et des documents, la revue scientifique appelée la « Société de schématologie et la bibliologie » (SSB) en 1967.

Actuellement, cette revue scientifique de portée  internationale est dénommée « Bibliologie, Schéma et Schématisation ». Elle était dirigée par le professeur émérite Robert Estivals, de son vivant. Son siège est situé à Noyers-sur-Serein, en France. Son comité de rédaction est composé de neuf scientifiques, dont quatre Congolais de la République démocratique du Congo. C’est pour cette raison qu’il mérite les hommages dignes de son rang.

Le dernier grand honneur scientifique rendu au professeur Robert Estivals est cette thèse du professeur Bob Bobutaka intitulée « Paul Otlet  et Robert Estivals : contribution à la construction de l’épistémologie de la bibliologie dans les sciences de l’information et de la communication».

La nouvelle de sa mort est tombée en République démocratique du Congo en retard. Ce qui n’est pas sous d’autres où les spécialistes en SIC et les bibliologues ont été de cette triste nouvelle depuis le 10 août 2016. Les bibliologues de la République démocratique réfléchissent comment organiser une journée en mémoire de l’illustre disparu.

Né à Paris en 1927, Robert Estivals était assurément un des chercheurs les plus importants en Sciences de l'information et de la communication, même si son œuvre reste encore assez méconnue, notamment auprès de plus jeunes générations.

Robert Estivals n’est pas à confondre avec Robert Escarpit de l'Université de Bordeaux. Les deux hommes ont travaillé sur des thématiques proches. L'Encyclopédie des Sciences de l'information de 1973 signalait déjà, dans un article consacré aux Sciences de l'information, en France, que Robert Escarpit et Robert Estivals enseignaient au sein de la même université.

Effectivement, ce dernier a été professeur à l'Université Bordeaux III (actuelle université Bordeaux-Montaigne) de 1968 à 1993.

Né le 5 novembre 1927, Robert Estivals est mort à Noyers (France) le 10 août 2016. Il est chercheur en Sciences de l'information et en linguistique. Très jeune, Robert Estivals rejoint le mouvement lettriste qu'il quitte en 1957. À partir de 1958, il fonde plusieurs mouvements liés à l'avant-garde esthétique : l'ultralettrisme (1957) avec Villeglé et Dufrêne ; le signisme avec Altagor et Chomo (1959) ; le schématisme (1960).

Il a eu quelques échanges épistolaires avec Guy Debord, notamment à travers les revues Grâmmes (22 septembre 1960) et la cinquième livraison de l'Internationale situationniste.

Sur le plan théorique, Estivals soutient d'abord une thèse en Histoire (1962) puis en lettres (1971). Attaché de recherches au CNRS dès 1963, il dirige la collection « L'Avant-garde esthétique » chez Guy Le Prat puis fonde la Revue Schéma et Schématisation en 1967.

De 1968 à 1993, il enseigne les Sciences de l'information à l'Université Bordeaux III. Durant cette période, il fonde en 1976 la Société de bibliologie, de schématisation et produit de nombreux essais autour des Sciences de l'écrit et du livre qu'il appelle la « bibliologie ». Il est également président de l'Association internationale de bibliologie qu'il a cofondée.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

S’alignant presque sur la ligne de la Majorité présidentielle (MP), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a laissé entendre que les élections reportées « au plus tard en décembre » auront...