A la Une

L’honneur perdu

Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un...

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Plus que jamais soudé derrière le tandem Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement des...

Le refrain habituel

Le refrain habituel

La République démocratique du Congo a payé un lourd tribut de sa dépendance dans son industrie...

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

Au terme de son sommet, qui s’est clôturé dimanche en Afrique du Sud, la SADC (Communauté pour...

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

Imprimer

Musique : Ntumba Bedermos sera inhumé ce week-end à Kinshasa

Écrit par Florent N’Lunda N’Silu.

 

La musique congolaise de la République démocratique du Congo est en deuil. En effet, l’artiste musicien Ntumba Bedermos Lubombo Tunsaki Emmanuel est décédé dernièrement à Kinshasa des suites d’une maladie.

Bedermos : un nom peu connu ou pas du tout des générations actuelles. Pas surprenant lorsque l’on sait que les Congolais ne connaissent pas l’histoire de leur pays, dans tous les secteurs d’activités. Or, le présent succède au passé. Et c’est ici qu’il faut le situer.

Bedermos a joué de la musique dans les années 60-70. Une musique qui plaisait à l’oreille tant le texte répondait aux exigences du métier. Il y avait, à l’époque, d’autres artistes musiciens de talent tels que Kallé Jeff, Franco Luambo, Pascal Tabu Ley, Dr Nico Kasanda, Vicky Longomba, etc.

Le marché du disque s’était alors enrichi de la chanson « Ngalula », « Marthe », œuvre de Bedermos. Cette chanson s’est révélée un tube. Elle a pulvérisé le record de vente des disques tant au pays qu’à l’extérieur. C’est donc cette performance qui a valu à son auteur le disque d’or, le tout premier octroyé à un artiste musicien de la République démocratique du Congo.

Fort malheureusement, le succès discographique n’a pas apporté le bonheur matériel. L’artiste s’est contenté  des honneurs consécutifs à  cette distinction. Qu’à cela ne tienne. Loin de se décourager, il a continué d’affronter la vie avec tous ses aléas. Tel était son destin. 

Malade, il a été confronté à beaucoup de difficultés pour se faire soigner. Hospitalisé, il s’est éteint. Sa mort a bouleversé les siens. La musique congolaise est, une fois de plus, orpheline.

Des sources familiales indiquent que la levée du corps du disparu aura lieu le samedi 18 mars. La veillée mortuaire sera organisée à l’Hôtel du Midi, non loin de la résidence de Me Taureau Ngombe Baseko, dans la commune de Kalamu, à Kinshasa. Invitation est lancée aux artistes musiciens pour assister aux obsèques et rendre un dernier hommage à leur collègue.

Autre décès à signaler : l’auteur de la célèbre chanson « Muana Nsuka », œuvre d’un artiste musicien qui était régulièrement diffusée à la radio nationale (Voix du Zaïre) dans ses émissions matinales dans les années 80. Ses obsèques ont déjà eu lieu dernièrement dans la capitale.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’honneur perdu
mardi 22 août 2017
Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un glissement de terrain. Le bilan est beaucoup plus élevé que celui communiqué par les autorités...