A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

J. Kabila tirera les conséquences du « leadership polyarchique » au Rassemblement, selon la Majorité

Écrit par Pitshou Mulumba le .

A la reprises, jeudi 16 mars 2017, des discutions sur l’arrangement particulier avec la MP, le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement (Rassop), s’est présenté divisé. A cet effet, André Atundu a invité la coalition de l’opposition « d’assumer la nouvelle situation d’un leadership plutôt polyarchique afin de poursuivre la normalisation du processus électoral ».

« Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le président de la république tirera les conséquences de cette situation d’atermoiements dans l’intérêt du peuple, de la république et de la démocratie », a, ensuite, prévenu le communiqué.

« Utilisation malsaine de la mort de Tshisekedi »

Par ailleurs, la MP a fustigé ce qu’elle considère comme l’instrumentation de la disparition d’Etienne Tshisekedi pour faire trainer les négociations. « Intriguée par l’utilisation malsaine de cette circonstance malheureuse », la MP a rappelé que « le combat de Tshisekedi n’est plus un patrimoine de l’UDPS ou un droit du Rassemblement, mais l’histoire du peuple Congolais », a interpellé la mouvance présidentielle.

Face aux multiples réclamations d’un statut et traitement spéciaux pour l’ancien Premier ministre, « seul l’État et le peuple ont le droit de lui accorder une place dans le panthéon de nos hommes politique », a tranché le communiqué avant de conclure, que citer une personne à l’ordre de la nation est une prérogative du seul président de la république.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

La République démocratique du Congo (RDC) a été élue lundi 16 octobre au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, suscitant de vives critiques des Etats-Unis et d'ONG dénonçant son bilan en la...