A la Une

L’honneur perdu

Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un...

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Plus que jamais soudé derrière le tandem Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement des...

Le refrain habituel

Le refrain habituel

La République démocratique du Congo a payé un lourd tribut de sa dépendance dans son industrie...

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

Au terme de son sommet, qui s’est clôturé dimanche en Afrique du Sud, la SADC (Communauté pour...

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

Imprimer

J. Kabila tirera les conséquences du « leadership polyarchique » au Rassemblement, selon la Majorité

Écrit par Pitshou Mulumba.

A la reprises, jeudi 16 mars 2017, des discutions sur l’arrangement particulier avec la MP, le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement (Rassop), s’est présenté divisé. A cet effet, André Atundu a invité la coalition de l’opposition « d’assumer la nouvelle situation d’un leadership plutôt polyarchique afin de poursuivre la normalisation du processus électoral ».

« Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le président de la république tirera les conséquences de cette situation d’atermoiements dans l’intérêt du peuple, de la république et de la démocratie », a, ensuite, prévenu le communiqué.

« Utilisation malsaine de la mort de Tshisekedi »

Par ailleurs, la MP a fustigé ce qu’elle considère comme l’instrumentation de la disparition d’Etienne Tshisekedi pour faire trainer les négociations. « Intriguée par l’utilisation malsaine de cette circonstance malheureuse », la MP a rappelé que « le combat de Tshisekedi n’est plus un patrimoine de l’UDPS ou un droit du Rassemblement, mais l’histoire du peuple Congolais », a interpellé la mouvance présidentielle.

Face aux multiples réclamations d’un statut et traitement spéciaux pour l’ancien Premier ministre, « seul l’État et le peuple ont le droit de lui accorder une place dans le panthéon de nos hommes politique », a tranché le communiqué avant de conclure, que citer une personne à l’ordre de la nation est une prérogative du seul président de la république.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’honneur perdu
mardi 22 août 2017
Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un glissement de terrain. Le bilan est beaucoup plus élevé que celui communiqué par les autorités...