A la Une

Le pays va très mal, debout Congolais: un message percutant des évêques congolais

Le pays va très mal, debout Congolais: un message percutant des évêques congolais

« Le pays va très mal. Debout Congolais ! Décembre 2017 approche ». C’est ainsi que les évêques...

Bruits des bottes

La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et...

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Tenir les élections à fin 2017 est le credo entonné à l’unanimité par l’ensemble des Congolais...

Nouvelles preuves

Nouvelles preuves

Au-delà du fait que les tueries du Kasaï constituent une perte pour la nation, d’aucuns pensent...

Alexis Thambwe Mwamba:

Alexis Thambwe Mwamba: "Moïse Katumbi peut rentrer, mais…"

A quoi jouent les autorités de la RDC face au dossier Moïse Katumbi ? Dans une conférence de...

Imprimer

Reprise des travaux sur l’arrangement particulier au Centre interdiocésain

Écrit par Pitshou Mulumba.

De ces quatre points, la Majorité présidentielle a souhaité qu’on parle également du président du Conseil national de suivi de l’Accord dit de la Saint Sylvestre, signé le 31 décembre dernier sous l’égide des évêques catholiques.

Concernant le mode de désignation du premier ministre qui est le seul point ayant fait l’objet d’analyse, les deux composantes (Majorité présidentielle et Opposition) n’ont pas évolué dans leurs discussions. La Majorité continue d’exiger trois noms tandis que le Rassemblement insiste sur la présentation d’un seul nom. Les délégués ont passé beaucoup de temps à échanger sur cette question sans pour autant dégager un consensus.

Avant la fin de la séance, le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco) a donné quelques considérations pratiques sur lesquelles le présidium compte faire une proposition pour sortir de l’impasse. Parmi les trois considérations, on note que « le peuple attend un premier ministre, il faut un dialogue entre le Rassemblement et la Majorité présidentielle et enfin, que les autorités morales des deux composantes se parlent ».

Il faut dire aussi que les divisions au sein du Rassemblement se sont invitées au débat suite à la motion d’un délégué. Après échange sur cette question, les délégués ont convenu que la question soit réglée en interne (au sein du Rassemblement) avec l’aide de la Cénco.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’étendue des atrocités, des destructions et des souffrances infligées aux populations civiles, par les miliciens de la mouvance Kamuina Nsapu, les forces nationales de sécurité, et des groupes dits...