A la Une

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Ce sont les révélations faites par le quotidien américain New York times concernant l’implication...

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

En Inde où se tiennent jusqu’au 26 mai les assemblées annuelles de la Banque africaine de...

Donner un signal fort

Donner un signal fort

Nommé le 7 avril, le Premier ministre Bruno Tshibala, dont le gouvernement rendu public le 7...

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Imprimer

Pékin et Washington réfutent l’idée d’une éventuelle guerre commerciale

Écrit par Cyprien Kapuku. Depuis Beijing/Chine. Publié dans Internationale

La Chine et les Etats-Unis d’Amérique se refusent de livrer une guerre commerciale. Bien au contraire, ces deux premières économies mondiales sont prêtes à unir leurs efforts afin de promouvoir un développement économique profitable à tous.

 

« La Chine ne veut pas une guerre commerciale avec les Etats-Unis », a déclaré mercredi 15 mars 2017, le Premier ministre chinois Li Keqiang, lors d’une conférence de presse tenue à la clôture des sessions parlementaires. Cette déclaration de Li Keqiang traduit la volonté de la Chine à entretenir de bonnes relations économiques avec les Etats-Unis. De la même manière, l’Administration américaine affirme vouloir développer « une relation constructive avec la Chine ».

« Nous voulons entamer un dialogue constructif avec la Chine, pour pouvoir aborder des problèmes et progresser sur certaines questions », a affirmé de son côté  Susan Thornton, sous-secrétaire d'Etat américain.

D’un côté comme de l’autre, l’on reste convaincu que, la « la guerre commerciale » ne profiterait à aucun camp. Autant pour ces deux puissances de privilégier une approche coopérative. C’est ce qui est  en train de se mettre en place. Pour l’heure les deux pays travaillent sur la prochaine rencontre au sommet entre Donald Trump et Xi Jinping.

Moteur de la croissance

Si entre les deux puissances économiques se trame l’idée d’un équilibre coopération commerciale, il convient de souligner que le contexte économique international morose n’a pas épargné les prévisions économiques de la Chine qui projette son taux de croissance à 6.5 % pour 2017. Alors qu’en 2016, ce pays le plus peuplé du monde avait clôturé avec un taux de croissance légèrement supérieur à 7%.

Malgré cette tendance baissière, la Chine se veut toujours être le détonateur de l’économie mondiale. « La Chine continuera à être un important moteur de la croissance mondiale, dans un contexte de reprise atone de l'économie mondiale », a affirmé le Premier ministre Li Keqiang.

La conférence de chef de gouvernement chinois a marqué la clôture de la 5ème session de la 12ème Assemblée nationale populaire dont les travaux ont été ouverts le 5 mars par le président chinois Xi Jinping. A l’issue de ces sessions parlementaires, les membres des organes constatifs ont débattu de tous les problèmes relatifs au développement de la Chine, dont les résolutions se trouvent désormais sur la table des décideurs.

Ces échanges ont eu lieu dans le cadre des sessions parlementaires. Ils traduisent l’exemple d’un libre débat engagé entre les représentants de tous les coins de la Chine afin de discuter autour des questions aussi importantes qui concernent la survie même de l’Etat, nous a confié un expert.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’évaluation de 20 ans après la chute de Mobutu en 1997, était au cœur d’une conférence-débat tenue, le samedi 20 mai 2017 à Kinshasa Centre Catholique Nganda.