A la Une

L’honneur perdu

Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un...

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Plus que jamais soudé derrière le tandem Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement des...

Le refrain habituel

Le refrain habituel

La République démocratique du Congo a payé un lourd tribut de sa dépendance dans son industrie...

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

Au terme de son sommet, qui s’est clôturé dimanche en Afrique du Sud, la SADC (Communauté pour...

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

Imprimer

Avec 100.000 tonnes de maïs, Katumbi vient au secours de la population du Haut Katanga

Écrit par Stanislas Ntambwe.

 

« A 45$/sac de farine, les congolais ne peuvent plus se nourrir. Pour eux, j'envoie 100 000 tonnes de farine au Katanga à 8$/sac », a ainsi écrit Moïse Katumbi sur son compte Twitter.

Il sied de relever que par cet acte salvateur,  l’ex-gouverneur du Katanga contraint à l’exil à cause de ses prises de position et ses ambitions politiques, vient à point nommé. Car, le grand Katanga croupit dans une disette inédite et jamais connue depuis quelques décennies.   Actuellement, un sac de maïs dans l’ex-province du Katanga varie entre 40 et 45 dollars américains.

Ne sachant à quel saint se vouer, la population katangaise se sentait abandonnée à son triste sort. Une vidéo qui circulait récemment sur la toile, montrait des femmes du Haut-Katanga qui se plaignaient de l’inflation des denrées alimentaires notamment, le maïs dont le prix a grimpé ces derniers mois.

La commande de ces 100 000 tonnes de maïs annoncée est, sans nul doute, une réponse aux multiples cris de larmes des filles et fils non seulement du Katanga, mais aussi du Kasaï.

Cependant, ceci n’est pas encore un acquis dans la mesure où le gouvernement congolais devrait d’abord livrer un permis d’importation. Encore que faudrait-il que les autorités congolaises, par le biais du ministère de Commerce extérieur exonère cet achat au regard de l’urgence et du besoin qui se présente.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’honneur perdu
mardi 22 août 2017
Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un glissement de terrain. Le bilan est beaucoup plus élevé que celui communiqué par les autorités...