A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

RDC : l’Onu sollicite deux unités de police supplémentaires à Lubumbashi et Kananga

Écrit par Stanislas Ntambwe le .

 

Ce rapport qui fait particulièrement le point sur la situation politique et sécuritaire en République démocratique du Congo (RDC), rappelle les faits majeurs de derniers mois depuis décembre 2016. Il passe en revue la situation sécuritaire dans l’Est du pays et des nouvelles zones de violences dans les provinces du Tanganyika et le Kasaï. Mais également, le Secrétaire général des Nations Unies met l’accent sur l’effort de la Monusco pour faire face à ce nouveau défi.

Dans ce rapport, Antonio Guterres parle aussi de l’évolution de la situation au niveau régional, et aussi de la situation des droits de l’Homme notamment en 2016 qui, par rapport à l’année 2015, a vu une augmentation du nombre de violations des droits de l’Homme de 30%. Il n’a pas manqué d’évoqué l’effort entrepris dans le domaine de la protection de l’enfant et contre les violences sexuelles.

Modalités « plus souples, mobiles et dynamiques »

Ensuite, Antonio Guterres a fait des propositions d’aménagement de la Mission de l’Onu pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco) avec, entre autres, le transfert de certains employés de Goma vers Kinshasa. Il a parlé de la Force de la Monusco qui continue à adopter des modalités « plus souples, mobiles et dynamiques pour, explique-t-il, appuyer le principal objectif stratégique de la Mission, ce qui permettra de concentrer ses forces là où elles sont le plus nécessaires pour protéger les civils menacés de violences physiques ».

« Vue la menace croissante des violences liées aux élections ou à la situation politique, deux autres unités de police constituées seraient nécessaires pour Lubumbashi et Kananga. Cela permettrait à la Mission de mieux protéger les civils  ainsi que le personnel et les locaux des Nations Unies en cas de violences… Et en plus 36 nouveaux véhicules blindés de transport de troupes seront nécessaires pour améliorer la mobilité des unités de police constituées existantes ou nouvelles », a estimé Antonio Guterres.

Le Secrétaire général précise dans son rapport que cela n’entrainera aucune augmentation du nombre de contingent sur le terrain. Par ailleurs, Guterres recommande au Conseil de sécurité des Nations Unies une prorogation du mandat de la MONUSCO pour un an jusqu’au 31 mars 2018.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

La République démocratique du Congo (RDC) a été élue lundi 16 octobre au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, suscitant de vives critiques des Etats-Unis et d'ONG dénonçant son bilan en la...