A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Le PNUD élabore un cadre stratégique pour l’atteinte de l’égalité des genres

Écrit par Hervé Ntumba le . Publié dans Société

En vue d’accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a élaboré un cadre stratégique et un programme d’action visant à adopter une approche plus globale et axée sur les résultats concrets, rapporte le Rapport sur le développement humain en Afrique 2016.

 

En effet, ce rapport propose quatre grands « axes » offrant des recommandations concernant les politiques et les programmes susceptibles d’accélérer la concrétisation de l’égalité des genres, d’intégrer la problématique hommes-femmes au sein du programme de développement humain et de contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) et de l’Agenda 2063.

Pour ce faire, ce cadre stratégique se penche sur les quatre axes : le soutien de l’adoption de réformes juridiques, de politiques et de programmes visant la promotion de l’autonomisation des femmes ; le soutien des femmes dans leur lutte pour l’acquisition des droits de propriété et de gestion des actifs économiques et environnementaux; la capacité à mettre en œuvre des approches multisectorielles destinées à atténuer les impacts des pratiques de santé et d’éducation discriminatoires à l’égard des femmes. Enfin, les capacités nationales de promouvoir et d’accroitre la participation et le leadership des femmes dans la prise des décisions. 

Dans ce contexte, il revient aux gouvernements des pays africains de mettre un ensemble de lois, de règlements, de politiques et de programmes assurant l’égalité des chances pour tous. Cette réalisation de l’égalité des sexes passe aussi par l’attaque directe aux normes sociales préjudiciables. Raison pour laquelle il n’est pas exagéré d’affirmer que l’inversion des normes sociales entravant l’égalité des chances pour les femmes soit un processus de longue haleine.

Donc, ces quatre axes sont arrêtés comme cadre stratégique en vue d’accompagner les gouvernements des pays africains d’atteindre la parité homme-femme.

Dans le but de fournir les lignes directrices aux dirigeants africains concernés par ce dilemme, il est à noter que le présent rapport propose quelques orientations stratégiques sous la forme d’un cadre d’action visant à lutter contre l’inégalité entre les genres. Ce cadre, renseigne le rapport, vient d’étayer l’argument selon lequel l’accélération de la concrétisation de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes constitue, pour les États africains, une méthode opérationnelle destinée à remédier au problème de la réalisation des ODD. 

Au demeurant, il sied de préciser que l’élimination des inégalités entre les genres et la réalisation des ODD sont indissociables. En fait, si les inégalités entre les genres se résorbent, des progrès significatifs seront réalisés au titre de l’ensemble des ODD.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.