A la Une

L’honneur perdu

Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un...

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Plus que jamais soudé derrière le tandem Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement des...

Le refrain habituel

Le refrain habituel

La République démocratique du Congo a payé un lourd tribut de sa dépendance dans son industrie...

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

Au terme de son sommet, qui s’est clôturé dimanche en Afrique du Sud, la SADC (Communauté pour...

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

Imprimer

Contrefaçon : déjà 22.000 billets de banque contrefaits recueillis par la BCC

Écrit par Olivier Kaforo.

 

Le nombre de billets de banque contrefaits recueillis par la Banque centrale du Congo (BCC) en 2017 a atteint la hauteur de 22.000. En trois ans (entre 2014 et 2017), la BCC a déjà recueilli un total de 43.000 billets contrefaits. Ces statistiques ont été fournies par le gouverneur de la BCC et président du Comité de politique monétaire (CPM), Deogratias Mutombo Mwana Nyembo. C’était à l’issue de la deuxième réunion du CPM tenue à Kinshasa.

« A l’espace de trois ans, la Banque centrale du Congo a déjà recueilli, au total, 43.000 billets contrefaits. Comparé à la masse monétaire en circulation, l’on obtient le chiffre de 4 billets contrefaits sur 1 million de billets de franc congolais en circulation », a déclaré Deogratias Mutombo.

Par la même occasion, le gouverneur de la BCC a invité tous les détenteurs de billets contrefaits à les déposer aux guichets de banques commerciales, à ceux des établissements de microcrédits et, le cas échéant, aux guichets de la Banque centrale du Congo (BCC).

Une stratégie qui, selon les autorités de la BCC, s’inscrit dans le cadre de la sensibilisation à la lutte contre la contrefaçon.

Deogratias Mutombo a, par la même occasion, indiqué qu’un réseau de contrefacteurs du franc congolais a été démantelé par les services de sécurité il y a quelques jours. Le gouverneur de la BCC ajoute que ce réseau a de connexions en dehors de la République démocratique du Congo (RDC). Il a invité la population à être vigilante et éviter la panique. « Les efforts sont en train d’être faits pour décourager les contrefacteurs », a poursuivi Deogratias Mutombo.

Depuis quelques semaines, la présence sur le marché des billets contrefaits de 5.000, 10.000 et 20.000 francs congolais crée la panique au sein de l’opinion. Il s’en est suivi la publication d’un communiqué par la BCC, appelant l’opinion à la vigilance face à la contrefaçon.

A ce sujet, certains médias avaient fait état de l’« arrestation » de certains membres du réseau de contrefacteurs en RDC. D’autres travailleraient à partir des pays étrangers.  Une information confirmée par les autorités de la Banque centrale du Congo.

« Les faux monnayeurs travaillent avec le soutien de quelques pays étrangers. Interpol est mis à contribution pour les démanteler. La population ne peut utiliser que les billets jugés authentiques », a exhorté le gouverneur de la BCC.

Toujours dans le cadre de la lutte contre la contrefaçon, Deogratias Mutombo a annoncé le changement d’ici 2018, de la présentation du franc congolais. Un changement qui sera opéré à partir de billets de 500 francs congolais jusqu’à 20.000 francs congolais.

« Etant donné que les machines servant à la fabrication de billets de banques ont vieilli, d’autres machines neuves ont déjà été commandées. Les travaux de construction des infrastructures devant les abriter sont en cours », a ajouté le gouverneur de la BCC.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’honneur perdu
mardi 22 août 2017
Dans la province de l’Ituri, environ 200 Congolais sont morts mercredi 16 août à la suite d’un glissement de terrain. Le bilan est beaucoup plus élevé que celui communiqué par les autorités...