A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Un isolement de plus

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Je t’aime, moi non plus. C’est le moins que l’on puisse dire  sur les relations actuelles entre Vatican et Kinshasa. La preuve, s’il en fallait encore une, c’est l’annulation du voyage du pape François, pourtant projeté entre juillet et août 2017 au pays de Lumumba. Que s’est-il passé pour que le Souverain Pontife rectifie son agenda ?

 

Quel que soit le bout par lequel on va le prendre, le fait que le Pape ait annulé son voyage en RDC cache bien un malaise. D’ailleurs, dans une interview au journal allemand Die Zeit, paru le 9 mars, le Souverain Pontife en exprime clairement le regret : «Il était prévu d’aller dans les deux Congo, mais, avec Kabila, ça ne va pas, je ne crois pas qu’on puisse y aller »  Tout est dit.

Dans la capitale congolaise, une certaine opinion pense que le président Kabila n’aurait pas tenu parole après leur tête-à-tête de l’année dernière à Rome. Au lieu de travailler dans le sens d’assurer l’alternance en préparant les élections le plus tôt, Kinshasa a préféré  multiplier de prétextes pour ne pas assurer l’alternance démocratique.

D’où, cette réaction arrogante du porte-parole du gouvernement congolais après l’annulation du voyage pontifical en RDC. Qu’on le veuille ou non, le pape demeure l’une des autorités morales les plus incontestées sur qui la planète compte encore surtout lorsqu’il s’agit de stopper la folie d’un capitalisme sauvage qui relègue au second plan la dignité de la personne humaine.

Dire, comme l’a fait le porte-parole du gouvernement, que « la visite du Pape en RDC ne changerait rien », semble être une réponse d’un État irresponsable. De deux choses, l’une. Si le Souverain Pontife ne valait rien aux yeux du gouvernement congolais, qu’était allé faire le président Kabila au Vatican l’année dernière ? Bien plus, pourquoi avoir confié à la Cénco – église catholique locale – la responsabilité de mener de bons offices si l’on renie l’imperium de son chef ?

Sur qui va encore compter le gouvernement congolais s’il n’est accepté ni à l’interne par la population ni à l’externe par des amis et partenaires traditionnels ? En un mot comme en mille, ça s’appelle « isolement diplomatique ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...

Facebook FanBox