A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Élections à tout prix

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

L’objectif final des discussions directes en cours au Centre interdiocésain, et de la transition qui s’en suivra, est la tenue d’élections dont la présidentielle et les législatives nationales et provinciales sont prévues en décembre 2017. Toute la nation est suspendue à cet agenda du reste salutaire en vue de l’instauration de la paix et la démocratisation du pays.

 

La communauté internationale fait pression sur Kinshasa pour que les élections se tiennent conformément à l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2016. Pour donner du répondant à cette exigence, le secrétaire général des Nations unies compte renforcer la présence de la Monusco sur l’ensemble du territoire national dans le but de sécuriser le processus électoral.

La sécurisation de ce processus devient de plus en plus une urgence au regard de la propagation des foyers de tension aux quatre coins du territoire national. Outre la partie Est de la RDC qui est en proie à l’insécurité quasi-permanente dans certaines contrées, l’espace Kasaï, le Kongo Central, à l’Ouest se sont ajoutés parmi les foyers de tension. La capitale Kinshasa n’est pas en reste, car la tension politique dans les états-majors des partis politiques, à la suite du décès d’Etienne Tshisekedi, président du Comité de sages du Rassemblement, est un risque majeur de perturbation du processus électoral.

Toutefois, il n’y a pas d’alternative à l’organisation d’élections en RDC pour sortir le pays de la crise politique artificielle, créée par la Majorité présidentielle obsédée par sa volonté de maintenir coûte que coûte son autorité morale à la tête de la République en violation de la Constitution. Tous les projecteurs sont donc braqués sur le pouvoir de Kinshasa qui ne doit pas se dérober de ses engagements dans le cadre de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Il y a donc urgence de mettre en place le gouvernement issu de l’Accord du 31 décembre 2016, c’est le seul qui a mission de mettre les bouchées doubles pour que les élections se tiennent en décembre 2017.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...

Facebook FanBox