A la Une

Enrôlement des électeurs : la Céni met le cap sur le Kasaï

Enrôlement des électeurs : la Céni met le cap sur le Kasaï

Elections sans l’espace Kasaï ? Corneille Nangaa  avait évoqué cette hypothèse en mai dernier...

750 millions USD portés disparus dans les mines : le gouvernement recadre Global Witness

750 millions USD portés disparus dans les mines : le gouvernement recadre Global Witness

Le gouvernement affiche toute sa sérénité sur le dernier rapport de Global Witness notamment en...

Le MLC désapprouve Olenghankoy et claque la porte du CNSA

Le MLC désapprouve Olenghankoy et claque la porte du CNSA

A la suite de la réunion des délégués des différentes composantes au CNSA qui a eu lieu ce...

Grande déception

Grande déception

L’Accord du 31 décembre 2016 est systématiquement foulé au pied par la Majorité présidentielle...

La nouvelle feuille de route du Rassemblement

La nouvelle feuille de route du Rassemblement

Le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement a finalement clôturé,...

Imprimer

Course contre la montre

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

Le pays va mal. Des extrémistes diront « très mal ». Avec une situation politique aussi catastrophique, l’on n’est pas loin du chaos. Très peu d’hommes et femmes politiques rationnels et une multitude de médiocres.

L’heure n’est plus à la distraction. Il y a obligation de mettre hors d’état de nuire tous les opportunistes, ventriotes et autres races de « vipère ». Des « politichiens » sans moralité et qui ne ratent aucune occasion de faire le plein avec de l’argent sale.

En ce moment, la République démocratique du Congo a besoin du soutien de tout son peuple pour redécoller. Et la classe politique ne peut faire que ce que demande le peuple, dans le strict respect de la loi. Le refrain de partage de postes doit figurer parmi les cadets des soucis afin d’espérer se diriger vers une voie salvatrice.

La course contre la montre doit être de mise, dans le souci de satisfaire un peuple déjà meurtri, soucieux de l’incertitude de son vécu quotidien ainsi que de son lendemain.

Fini donc des querelles inutiles. Arrêtons de faire croire à l’opinion que nous nous battons pour lui alors qu’en réalité, ce que l’on vise, c’est des intérêts égoïstes.

Dans des pays sérieux, des démissions devaient se poursuivre en cascade. Car, au stade actuel, toute la classe politique a montré ses limites. Il ne reste qu’au peuple souverain de sanctionner. Et le moment venu, la sanction du peuple au nom duquel l’on prétend parler, va peut-être étonner.

L’élite congolaise – encore qu’il faudra se rassurer qu’il en existe encore une – doit pleinement jouer son rôle, celui d’être la lanterne.

La course contre la montre signifie, dans ce cas précis, oublier les intérêts personnels pour l’intérêt supérieur de la nation. Elle signifie aussi le souci de faire les choses selon les règles de l’art, apporter des solutions durables aux problèmes du souverain primaire.

A l’opposition comme au pouvoir, le souci d’écarter les médiocres doit figurer parmi les priorités. Les règles du jeu doivent être établies en toute objectivité, dans le but de construire une classe politique capable de répondre aux desiderata des Congolais. C’est alors que l’on peut espérer bâtir une société digne d’être comptée dans le concert des Nations.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

A l’audience du jeudi 21 juillet 2017 dans le procès qui oppose le ministère public aux assassins présumés des experts de l’ONU Michaël Sharp et Zaida Catalan, le témoin Jean-Bosco Mukanda à accusé...

Facebook FanBox