A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Le gouvernement initie une nouvelle mission de contrôle de la paie des fonctionnaires

Écrit par Olivier K le . Publié dans A la Une

L’Etat veut nettoyer les écuries. Tout agent maffieux sera bouté dehors. Des pratiques honteuses seront ainsi dénoncées.

 

Le gouvernement central tient à remettre de l’ordre dans le service de la paie des fonctionnaires. Dans cette optique, il vient d’initier une nouvelle mission de contrôle de la paie des fonctionnaires dans des ministères bien précises. Le lancement officiel de cette mission a été donné le lundi 6 mars 2017 par le ministre de la Fonction publique, Michel Bongongo. La salle des conférences du ministère des affaires étrangères a servi de cadre à cette cérémonie. Plusieurs membres des délégations syndicales et autres agents y ont pris part.

Pour le ministre de la Fonction publique, cette mission s’inscrit dans le cadre de la réforme de la fonction publique. Elle vise notamment à récupérer les fonds de l’Etat, détournés frauduleusement par les réseaux mafieux.

Ladite mission comprend quatre axes prioritaires : le premier axe prend en charge la maitrise des effectifs ainsi que celle de la masse salariale des agents et fonctionnaires de l’Etat. Le deuxième, lui, consiste à la mise à la retraite des agents de l’État éligibles. Le troisième axe s’occupe de la titularisation des agents et fonctionnaires de l’État. Enfin, le quatrième axe est la rationalisation des structures.

Selon Michel Bongongo, cette mission de contrôle de la paie dans 12 ministères pilotes vise à récupérer les fonds pris frauduleusement par les réseaux qualifiés de mafieux. Ces fonds, une fois récupérés, la moitié sera attribuée aux fonctionnaires non payés. Une autre partie de ces fonds, a promis le ministre, sera utilisée pour l’amélioration de la situation salariale des agents et fonctionnaires de l’État.

Ainsi, les missionnaires étaient invités à la responsabilité. « Si vous arrivez à effectuer un bon travail, le fonctionnaire en sera le premier bénéficiaire. Le résultat de ce travail va dépendre de 10 jours qui vous sont attribués. Un timing qui pourra être dépassé », a déclaré le ministre de la Fonction publique.

Et d’ajouter : « Grâce à votre comportement, les 20 mille agents encore non payés jusqu’il y a quelques mois ont été servis. Votre sens de responsabilité a fait que vous avez réussi votre mission ».

Quelques heures avant le ministre de la Fonction publique, le président de l’Intersyndicale de l’administration publique, Fidèle Kiyangi, a eu les mots justes pour remercier le gouvernement pour les efforts fournis afin que la solution de la paie de 20 mille agents et fonctionnaires soit trouvée.

Pour sa part, le directeur général de l’Observatoire congolais de l’éthique professionnelle (Ocep), Kambayi Bwatshia, a rappelé aux missionnaires que tout dépendra de ce qu’ils vont faire de cette mission de contrôle. « Ayez un comportement courtois, loyal... Ayez la fermeté dans la tentation », les a-t-il exhortés.

Sont concernés par cette mission de contrôle de paie : les ministères du Développement rural, celui des lnfrastructures, travaux publiques et reconstruction (ITPR), le ministère des Mines, des Finances, du Portefeuille, Plan, Emploi, Justice ainsi que le ministère de l’Environnement.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...

Facebook FanBox