A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Rassemblement derrière Félix Tshisekedi : l’appel à l’unité de Kyungu wa Kumwanza

Écrit par RO/LP le .

« Baba wa Katanga » estime que c’est « la seule voie pour continuer le combat politique de l’alternance en République démocratique du Congo ». Il l’a fait savoir dans un communiqué publié mardi 7 mars à Lubumbashi (Haut Katanga), rapporte Radio Okapi.

« Nous savons tous que ce n’est pas parce que Félix Tshisekedi est le fils de l’autre [Etienne Tshisekedi]. Non ! C’est tout simplement parce qu’il mérite d’avoir confiance de nous tous pour tout ce qu’il a fait dans le cadre du combat pour le peuple », a-t-il indiqué sur Radio Okapi, exprimant par là sa reconnaissance envers le nouveau patron de la plus grande  plateforme de l’opposition  en République démocratique du Congo.

Le Rassemblement de l’opposition est frappé par des dissensions à la suite de la désignation, le jeudi 2 mars, de Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, comme président de la branche politique et président du Comité des sages de ce regroupement. Dans la nouvelle reconfiguration, Félix Tshisekedi assumera la présidence politique et Pierre Lumbi sera en charge de la stratégie.

Cette désignation est contestée par une autre aile dirigée par Olenghankoy, président du Fonus et membre de la composante Dynamique de l’Opposition faisant partie du Rassemblement. Pendant ce temps, quelques membres du gouvernement Badibanga qui se réclament également du Rassemblement, ont désigné Patrick Mayombe et Clément Kanku pour diriger cette aile dont les vraies motivations sont de jouer le rôle de trouble-fête, mission dictée par la Majorité présidentielle pour bloquer la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016.

Pour autant, le président national de l’UNAFEC, parti membre de la composante G7, a rappelé qu’il avait déjà prévenu les composantes de ne pas tomber dans les pièges de la Majorité présidentielle. «C’est vraiment regrettable ! Dès le début, j’avais dit qu’il fallait éviter de tomber dans le piège du pouvoir en place. Ressaisissons-nous, parce qu’il y aura toujours une tête, pas deux ou trois pour conduire le Rassemblement», rappelle Kyungu wa Kumwanza.

Les tentatives de mise en pièce du Rassemblement tendent à s’estomper. Certaines brebis galeuses  tendent à regagner la maison mère. La dissidence au sein du Rassemblement est au profit de la famille politique du Chef de l’Etat qui veut pérenniser son autorité morale au Palais de la Nation.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...