A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Sauver l’Accord

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

66 jours après la signature de l’Accord politique du 31 décembre 2016 destiné à résoudre des problèmes réels et ramener le pays sur la voie de la légalité constitutionnelle, le peuple congolais attend avec impatience le compromis sur les arrangements particuliers.

L’attente oui, mais encore pour combien de temps ? Une question difficile dès lors que les acteurs politiques sont loin de faire preuve de bonne foi.

D’où, la remobilisation des énergies pour sauver l’Accord de la Saint-Sylvestre devient un impératif, mieux un devoir patriotique pour éviter que le pays reste longtemps dans la crise politique. Ce devoir consistera à détecter tout ce qui s’érige en obstacle pour faire appliquer l’Accord du 31 décembre 2016.

Un tel engagement citoyen, tel la réponse à l’appel à la vigilance lancé par les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo, servira de pression aux politiques, toutes tendances confondues. Des politiciens insensibles au cri de détresse du peuple qui, pourtant, croupit dans une misère noire. La situation innommable dans laquelle se trouve la population aujourd’hui devait susciter l’amour de la patrie, en lieu et place de positionnement politique.

Ainsi, sauver l’Accord, c’est s’engager aujourd’hui dans la lutte pour sa mise en œuvre, car contre l’escalade de violence alors redoutée au 19 décembre 2016, l’Accord de la Saint-Sylvestre dresse une feuille de route de sortie de crise.

Sauver l’accord aujourd’hui, c’est aussi nommer les individus à sanctionner, de la Majorité tout comme de l’Opposition, en démontrant leur responsabilité dans la non mise en œuvre de l’accord.

Sauver l’accord, c’est finalement amener tout le monde à comprendre qu’il n’y a pas d’autres issues à la crise que cet accord qui a rencontré l’adhésion unanime des populations congolaises et de la communauté internationale.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...

Facebook FanBox