A la Une

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

Les Africains complotent contre la RDC à propos des eaux de l’Ubangi

La RDC est au cœur de grands enjeux au niveau mondial, notamment en ce qui concerne  le...

Savoir partir

Savoir partir

Pas de sang versé, respect de textes, certes, dans un contexte quelque peu étrange ! Le Zimbabwe...

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Calendrier électoral, machine à voter : le débat est clos

Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’option...

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Sénat : le ministre des Mines interpellé

Pour n’avoir pas obtenu satisfaction à sa question orale avec débat adressée à Martin...

Vivement les élections

Vivement les élections

La Céni a fixé le cadre pour la tenue d’élections à la date du 23 décembre 2018.

Imprimer

Chine-Afrique, exemple d’une coopération « agissante »

Écrit par Cyprien Kapuku Depuis Beijing/ Chine le . Publié dans Afrique

La Chine et l’Afrique sont des partenaires de longues dates. Entre les deux, c’est l’histoire d’une coopération « agissante ». « Quand la Chine promet, elle réalise » a à substance déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang LI qui s’exprimait hier mercredi au cours d’une conférence de presse à Beijing.

Il y a quelques années la Chine est passée du statut de participant à celui d’acteur majeur des relations internationales s’amenant avec elle l’idée de la paix,  de l’équité, de la coopération et de la mondialisation économique plus inclusive. Et le continent  africain qui se recherche encore dans ces domaines devra en avoir le cœur net et s’appuyer sur sa coopération avec ce grand pays asiatique.

Il en ressort que dans la nouvelle vision de la Chine basée sur un ordre mondial  plus juste, l’Afrique occupe une place de choix. C’est le moins que l’on puisse dire de la part belle des investissements publics de ce géant du monde dans plusieurs pays africains.

Au cours de la conférence de presse animée dans le cadre des activités de la 5ème session de la 12ème Assemblée populaire nationale, le ministre des Affaires étrangères chinois, Wang Yi a fait du soutien de la Chine aux efforts de développement du continent africain. Il en a pour preuve rappelé l’enveloppe de 60 milliards USD, engagement de la Chine pris lors du dernier sommet Chine-Afrique qui s’est tenu à Johannesburg en Afrique du Sud.

A une préoccupation de la presse, le chef de la diplomatie chinoise a affirmé que le gros de cette somme est déjà engagé dans la construction des infrastructures et la mise en œuvre des autres projets de développement dans la plupart des pays africains. C’est le cas notamment, a-t-il cité, de la construction d’un grand port maritime en Tanzanie. Au Kenya, en Djibouti, au Congo Brazzaville des projets de grandes envergures sont en phase d’exécution. En République démocratique du Congo, l’Empire du milieu participe à la mise en œuvre du projet des zones économiques spéciales.

Pour le numéro de la diplomatie chinoise, il n’y a aucune raison qui puisse militer en défaveur de la coopération sino-africaine. Étant donné qu’entre les deux partenaires, s’est construite une longue histoire d’amitié et de soutien réciproque.

Autant la Chine a soutenu l’Afrique dans son combat contre la colonisation, de même  la Chine va aider l’Afrique sur le plan économique, a encore martelé Wang Li.

Outre les questions relatives à la coopération China-Afrique, plusieurs autres sujets ont été également abordés au cours de ce face-à-face avec la presse locale et internationale. Il s’agit notamment du sommet de BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud)  qui va se tenir en Chine examinera la possibilité d’ouvrir le dialogue avec les autres pays en voie de développement. L’idée consiste selon le ministre chinois des Affaires étrangères de promouvoir la coopération sud-sud.

 

Commentaires   

-1 #1 Idrisse Irène 12-03-2017 21:31
Merci pour l'article.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

N’étant pas convaincue des chiffres publiés par la Céni concernant l’opération d’enrôlement des électeurs, la CASE invite la Céni à plus de responsabilité de vérité....