A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Femmes, levez-vous

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Aujourd’hui, 8 mars, le monde célèbre la Journée internationale de la femme. En RDC,  plusieurs activités sont au rendez-vous. Mais, au-delà des festivités, les Congolaises – à qui on a consacré tout le mois de mars – doivent savoir  qu’il est temps de passer à l’action. Elles doivent  s’asseoir pour  discuter et débattre de leurs situations ; se poser des questions sur l’état des lieux de leur combat. Est-on, en train d’avancer ou on fait juste une marche à reculons ?

Bien plus, les femmes congolaises devraient capitaliser toutes les avancées engrangées jusqu’ici dans la promotion des droits et libertés liés à la gent féminine. La RDC a déjà mis à la disposition de la femme des lois favorables à leur épanouissement. Quitte aux femmes de saisir toutes ces opportunités pour leur épanouissement et celui de toute la société.

Sur le plan démographique, les femmes sont majoritaires. Unies et mises ensemble, elles peuvent influer sur les résultats des élections et permettre que la RDC se dote des dirigeants capables de sortir le pays du bourbier dans lequel il se trouve présentement.

C’est question d’avoir confiance en elles-mêmes. Même si elles sont victimes des violences, les femmes ont la responsabilité de changer les choses, car l’article 14 de la Constitution de la République leur donne le pouvoir.

Au lieu d’implorer la pitié des hommes en pleurnichant au quotidien, les Congolaises doivent faire fonctionner leurs cerveaux. C’est à ce prix qu’elles auront une place dans la société. Elles doivent s’impliquer dans les affaires de la société, et aussi de la politique du pays.

Pour autant, la formation ne doit pas seulement se limiter à envier les postes politiques, mais plutôt à s’autogérer et à donner le meilleur de soi pour transformer la société.

Ce 8 mars donc, trêve de discours. Il est temps que les femmes congolaises se lèvent et agissent. Sinon,  elles seront des éternelles candidates à la cuisine et à la maternité.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...

Facebook FanBox