A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

RDC : Fabrice Puela voit dans l’arrestation de Ne Muanda Nsemi « une violation de l’immunité parlementaire »

Écrit par Matshi le . Publié dans Online Dépêches

Le député national de l’opposition, Fabrice Puela, dénonce la violation de l’immunité parlementaire de leur collègue, Ne Muanda Nsemi, arrêté vendredi dans la soirée, après des violences entre ses adeptes et la police à sa résidence.

 

L’honorable Ne Muanda Nsemi est notamment accusé d’outrage au chef de l’Etat et d’incitation à la violence.

« La Constitution entoure son arrestation ou ses poursuites de quelques formalités. Il faut d’abord que ces immunités soient levées. Jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons pas appris que les immunités de l’honorable Ne Muanda Nsemi ont été levées», a affirmé lundi 6 mars sur Radio Okapi, le député Puela, dans une interview.

Le député Puela reconnait qu’un élu national peut commettre une infraction, mais il plaide pour que la procédure de son arrestation soit respectée, selon la règle du jeu démocratique reconnue à travers le monde. Et ainsi éviter l’arbitraire.

«Nous devons noter qu’un député national n’est pas au-dessus de la loi. Il peut lui arriver de commettre les infractions. Et, lorsque cela arrive, on regarde sa mission de représentation du peuple », a souligné Fabrice Puela.

 

Selon lui, la raison de flagrance ne peut pas être évoquée pour le cas du député Né Muanda Nsemi, qui se trouvait chez –lui, assiégé et non sur un lieu quelconque d’attaque ou d’incident que l’on peut qualifier de flagrance, alors que ce sont les forces de sécurité qui s’y sont rendus suivant un ordre qui leur avait été donné.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Deux formations, deux formateurs. Les participants ont été outillés sur l’audit interne en rapport avec les Systèmes de management de la sécurité des denrées alimentaires (SMSDA) basés sur l’ISO 22000 - 2015....