A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Moïse Katumbi : « Nul avenir sans alternance et démocratie »

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Dans une déclaration politique rendue publique de son exil forcé, Moïse Katumbi Chapwe a confirmé son appui à la nouvelle direction du Rassemblement. « Le Rassemblement ressort plus fort, uni et déterminé avec ses nouveaux présidents Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi ». Le candidat déclaré à la prochaine présidentielle en RD-Congo fait de l’alternance et de la démocratie son leitmotiv.

C’est dans une déclaration politique signée le 4 mars 2017 à Bruxelles (Belgique) que Moïse Katumbi a étalé une nouvelle fois ses convictions politiques. Fidèle à la ligne qu’il s’est imposée depuis son départ du PPRD, le parti présidentiel, et de la Majorité présidentielle, l’ancien gouverneur du Katanga n’est pas prêt à renier ses convictions, comme d’autres au sein du Rassemblement qui ont choisi la voie de la trahison et de la déraison.

« Notre principal combat pacifique pour l’instauration de la démocratie et de l’Etat de droit, nous le gagnerons », insiste-t-il. Il poursuit en faisant remarquer que « j’y mettrai toute mon énergie et ma détermination, en tant que citoyen congolais engagé et candidat à l’élection présidentielle ». Il réitère alors sa promesse de retour au pays : « Je serai de retour dans mon pays bientôt pour mener cette lutte aux côtés de mes compatriotes et la faire triompher, car il n’existe nul avenir en RD Congo en dehors de l’alternance et de la démocratie ».

Revenant sur la désignation de Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi à la nouvelle direction du Rassemblement, Moïse Katumbi qui en prend en même acte note que, par cet acte, « nous avons montré notre capacité à nous réorganiser rapidement et efficacement, contrairement à la Majorité présidentielle qui n’a toujours pas désigné de dauphin au président Kabila, pourtant en fin de mandat ».

Balayant d’un revers de la main la fronde artificielle qui a échoué dans sa mission de déstabiliser le Rassemblement, l’un des architectes de l’initiative de Genval précise que les nominations de Félix Tshisekedi et de Pierre Lumbi « résultent d’un large consensus qui a démontré l’unité de différentes plateformes qui composent le Rassemblement ». Il continue en notant que « malgré les tristes circonstances, nous avons pu nous unir pour le bien du peuple et la poursuite de notre combat politique pour la démocratie ».

Plus que jamais, rappelle-t-il, « tous les Congolais peuvent désormais compter sur un Rassemblement solide, uni, déterminé à conduire la RD Congo sur le chemin de l’alternance ».

L’unité retrouvée du Rassemblement est une façon, se défend Katumbi, d’honorer la mémoire d’Etienne Tshisekedi. « Nous poursuivons et ferons aboutir l’œuvre de feu le président Etienne Tshisekedi, notre modèle ».

Face aux multiples tentatives de manipulation du pouvoir pour déstabiliser le Rassemblement, Moïse Katumbi met en garde : « Ses manœuvres, basses et méprisables restent sans effet. Notre mouvement est et demeurera à jamais uni et farouchement déterminé à faire accomplir le destin démocratique de la RD Congo ».

Il faut dire que le message à la remobilisation de Moïse Katumbi a eu un écho favorable dans les rangs des frondeurs du Rassemblement. Ainsi, Lisanga Bonganga qui s’était dans un premier temps allié à Joseph Olenghankoy est rentré sur le droit chemin en reconnaissant l’autorité de Félix Tshisekedi et de Pierre Lumbi. D’autres vont suivre, annonce-t-on. Jean-Claude Vuemba, Martin Fayulu et bien d’autres ont d’ores et déjà rejoint les rangs. Pour avoir choisi la voie de la félonie, Joseph Olenghankoy s’isole de plus en plus.

 

Avec Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement a retrouvé une nouvelle âme. Ce qui relance et consolide le compromis de Genval, clament nombre d’observateurs.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...

Facebook FanBox