A la Une

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Plus que jamais soudé derrière le tandem Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement des...

Le refrain habituel

Le refrain habituel

La République démocratique du Congo a payé un lourd tribut de sa dépendance dans son industrie...

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

Au terme de son sommet, qui s’est clôturé dimanche en Afrique du Sud, la SADC (Communauté pour...

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

La résistance s’organise

La résistance s’organise

Une stratégie commune pour obtenir le départ du régime de Kinshasa avant la fin de l’année, voilà...

Imprimer

La Chine se dit prête à jouer le rôle de gardien de la stabilité internationale

Écrit par Cyprien Kapuku (Depuis Beijing). Publié dans Internationale

Pas question pour la Chine de se mettre à l’écart des problèmes mondiaux. Ce pays le plus peuplé du monde a réaffirmé ouvertement la mission qui devra être la sienne sur le plan international, celui de veiller à l’équilibre de l’ordre mondial. C’est le rôle de « gardien du temple » que cette puissance financière va désormais jouer.

Le week-end qui vient de s’achever a été marqué, en Chine, par la double ouverture des sessions au niveau de l’Assemblée populaire nationale (NPC) et du Comité nationale de la conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC). C’est à cette occasion que les membres de ces deux organes du parti communiste chinois venus de tous les coins du pays, délibèrent sur les grandes options de la politique nationale et internationale de leur pays.

A l’ouverture de la 5ème session de la 12ème Assemblée populaire nationale, hier dimanche à la Place Tianmen à Beijing, le Premier ministre chinois, Li Keqiang, s’est fait le devoir de présenter devant le président Xi Jinping et les membres de l’Assemblée, le rapport de ce qu’a été le travail du gouvernement en 2016, avec en toile de fond les perspectives d’avenir.

Ce rapport de plus d’une trentaine de pages n’a oublié aucun domaine de la vie nationale de la Chine.

Objectif, paix internationale

Si sur le plan interne le gouvernement chinois a promis de poursuivre avec la mise en œuvre de plusieurs réformes tant sur le plan politique, économique que socio culturel, il n’en demeure pas moins vrai que cette superpuissance reste attachée à l’idée de l’instauration d’un ordre mondial juste et équitable.

C’est le nouvel objectif que s’est assigné le pays de Mao Zedong. Le Premier ministre chinois qui s’exprimait lors de la 5ème session de la 12ème Assemblée populaire nationale, est revenu longuement sur ce thème.

« Face à de profonds changements dans le paysage politique et économique international, la Chine sera toujours engagée dans l'équité et la justice et travaillera pour la paix mondiale, contribuera au développement mondial et défendra l'ordre international », a déclaré le chef du gouvernement chinois.

 Dans son rôle de gardien du temple, la Chine dit pouvoir tout faire  pour lutter contre le protectionniste sous « toutes ses formes » en s’impliquant davantage en faveur de la mondialisation économique pour que celle-ci devienne plus « inclusive et mutuellement bénéfique et équitable », a-t-il encore ajouté.

Aussi, la Chine se focalise sur la mise en place d'un cadre qui assure la stabilité et le développement équilibré des relations entre les grands pays.

« Nous nous efforcerons de favoriser un environnement qui renforce la confiance mutuelle et le développement commun entre la Chine et les voisins », a fait savoir Li Keqiang, qui a ensuite affirmé que « la Chine est prête à collaborer avec la communauté internationale et à établir un nouveau type de relation internationale basée sur la coopération et les avantages mutuels et à apporter de nouvelles contributions à la construction d'une communauté d'avenir pour toute l'humanité ».

Mais aussi noble soit-elle, la cause de l’instauration d’un ordre mondial juste prôné par la Chine ainsi que sa réalisation dépendront à coup sûr du niveau de la stabilité politique, économique et sociale à l’intérieur de la Chine.

Les enjeux de 2017

En Chine, l’année 2017 qui à l’ouverture des travaux des sessions parlementaires, sera également marquée par la convocation du 19ème Congrès du parti communiste chinois. C’est la raison pour laquelle elle est considérée par les décideurs politiques comme année de tous les enjeux. Cette même année en Chine marque aussi le début de la mise en œuvre des mesures contenues dans le plan quinquennal chinois basé sur le principe.

Booster l’économie et le social

Au niveau des instances du parti, l’on est bien conscient de cette réalité. Dans le document du projet de budget 2017 présenté par le ministère des Finances, il y est prévu une augmentation budgétaire de près de 3,8% comparativement au budget 2016. Le document du ministère des Finances chiffre à 8.024,5 milliards de yuans le budget d’exploitation du capital public. Cette augmentation, indique le ministère, vise à booster tous les secteurs, à savoir l’éducation, la science et les techniques, la protection sociale et l’emploi, les soins médicaux, l’aide à la lutte contre la pauvreté, le logement, l’environnement et l’écosystème.

Dans son volet éducation, le document présenté par le ministère des Finances propose dès le semestre de printemps, l’exemption des frais d’acquisition des manuels et des frais de scolarité pour tous les élèves suivant l’enseignement obligatoire en ville comme à la campagne.

Concernant la protection sociale et l’emploi, les lignes budgétaires prévoient de majorer les pensions de base des retraites et d’établir un mécanisme de réajustement adéquat. Le rapport de travail du gouvernement en 2016 parle de la création de plusieurs millions d’emplois.

Sur le plan de l’environnement, comme il fallait s’y attendre, le gouvernement chinois entend soutenir la bataille contre la pollution de l’air, de l’eau et du sol. Il va sans dire que les lignes budgétaires dans ce domaine seront sensiblement augmentées.

Parmi les réformes, le gouvernement chinois prévoit aussi d’améliorer le système de subventions agricoles en développant les nouvelles industries et les nouvelles activités économiques dans les campagnes.

Autant des réformes qui n’attestent pas moins la volonté du gouvernement chinois à promouvoir le développement socio-économique de son pays en vue de lui mettre dans de bonnes dispositions pour bien gérer ses ambitions internationales. D’une manière générale, le rapport 2016 du gouvernement s’est clôturé par un bilan satisfaisant nonobstant le contexte international assez compliqué, affirment les autorités chinoises qui promettent de doubler d’ardeur afin que l’année 2017 soit plus meilleure que la précédente.

Pour toutes ces raisons, les concepteurs du projet de budget 2017 appellent à l’unisson plus étroitement autour du Comité central du parti communiste chinois et de son noyau dirigeant.

« Nous allons nous soumettre volontiers à la supervision de l’Assemblée populaire nationale, prêter une oreille attentive aux remarques et aux propositions du Comité national de la CCPPC, faire preuve d’un esprit entreprenant et travailler d’arrache-pied, mener à bien le travail financier et promouvoir le développement sain et régulier de notre économie, ainsi que la stabilité et l’harmonie de notre société afin de saluer par de bons résultats l’ouverture du 19ème Congrès du parti », ainsi en est-il de la conclusion du rapport sur l’exécution du budget 2016 et le projet de budget des instances centrales et locales 2017 présenté par le ministère des Finances.

Aussi pour le gouvernement, il y a lieu, explique le Premier ministre Li, de croire à une « nouvelle mission historique qui nous attend et avec un travail acharné nous réussirons. Nous nous rassemblerons encore plus autour du parti et nous travaillerons dur pour accomplir les tâches et les cibles de développement économique et social de cette année ». Le chef de gouvernement chinois a invité ses compatriotes à travailler avec un « dévouement inlassable » pour atteindre les deux objectifs du centenaire, construire la Chine dans un pays socialiste moderne qui est prospère, forte, démocratique culturellement avancé et de réaliser le « rêve chinois de rajeunissement national ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

La première victime de Luzolo est là. Elle s’appelle Anatole Kikwa, ancien directeur général de l’Ogefrem. Il doit répondre vendredi prochain à une convocation du cabinet du Procureur général de la...