A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Kasaï Oriental : la polémique autour de la suspension des émissions politiques se poursuit

Écrit par Stanislas Ntambwe le . Publié dans Provinces

Instaurée depuis près de deux mois, la mesure interdisant les émissions politiques continue de faire polémique au Kasaï Oriental.

Pour le ministre provincial des Médias au Kasaï Oriental, Hippolyte Mutombo Mbwebwe, il s’agit d’une question ‘‘technique’’. «C’est bien une question éminemment technique et non politique. La production et la diffusion de cette catégorie d’émissions exigent des autorisations dues au cahier des charges, […]. La disposition d’un personnel professionnel, dûment qualifié et donc disposant d’une carte de presse nationale », explique-t-il.

Le ministre assure que les organes de presse qui auront le droit de diffuser ce type d’émissions sont en train d’être notifiés et reprendront bientôt leurs productions. La décision ne suscite pas l’adhésion de tout le monde. Elle est notamment dénoncée par les organisations des droits de l’Homme.

Le Réseau provincial des ONG des droits de l’homme (REPRODHOC) a exigé, mercredi 15 février, la levée de la mesure du gouvernement provincial. Pour ces ONG, cette suspension risque de constituer un frein à l’apport des politiques dans la sensibilisation pour l’enrôlement des électeurs.

Bruno Kabangu Kabatshi, cadre de l’UDPS à Mbuji-Mayi, dénonce l’attitude des autorités de la province qui, selon lui, privent délibérément la population de son droit à l’information.

Pour ce cadre de l'UDPS, les autorités provinciales du Kasaï Oriental violent ainsi l’article 24 de la Constitution qui consacre le droit à l’information, notamment à travers des émissions par la radio, la télévision, la presse écrite ou tout autre moyen de communication.

 

En décembre 2016, le gouverneur du Kasaï Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, a annoncé la mesure interdisant la diffusion des débats politiques dans les médias locaux, évoquant des impératifs d’ordre sécuritaire et pointant l’inexpérience de certains animateurs des émissions à caractère politique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...