A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Nécessité d’un espace démocratique pour baisser les tensions en RDC

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

La République démocratique du Congo connait une propagation inquiétante des foyers de tension ces derniers mois. La conséquence est que la paix et la sécurité des Congolais et de leurs biens sont sérieusement mises en mal.

Dans le Kongo central, les affrontements entre les adeptes du mouvement politico-religieux, Bundu dia Kongo, et les forces de sécurité ont  causé  en janvier 2017  au moins 8 morts, plusieurs blessés et des pillages des biens des particuliers.

Ce conflit vient de se propager jusqu’à Kinshasa où une tentative de perquisition des parcelles appartenant aux adeptes de Ne Muanda Nsemi  a semé la panique tant à Ngiri-Ngiri que dans la commune de Ngaliema au quartier Ma Campagne. Il y aurait aussi des morts et des blessés ainsi que des véhicules de particuliers incendiés.

Les habitants du Kasaï Central vivent l’insécurité depuis la mi-2016 à la suite d’un conflit entre l’Etat congolais et le chef coutumier Kamuina Nsapu. Ces affrontements ont déjà causé, depuis 8 mois, plus de 150 morts sans compter les blessés et autres incendies des édifices publics et privés.

Le même cauchemar est vécu, voici plus de deux ans, dans le Tanganyika dans un conflit entre l’ethnie Luba et les pygmées. Des dizaines de morts et de blessés, des écoles et des champs incendiés et environ 500 000 déplacés sont enregistrés dans cette province.

Carence des institutions légitimes

Dans les deux Kivu et dans l’ancienne Province Orientale, les morts, les violences, les pillages sont comptabilisés au quotidien. Des dizaines de milices qui opèrent dans ces provinces sont la cause principale de ces exactions. Certains commanditaires de ces milices se la coulent douce à Kinshasa. A ces foyers de tension dus à des conflits armés, s’ajoute la tension politique observée à Kinshasa et dans certaines grandes villes comme Lubumbashi, Goma…

Pour le numéro deux de la Monusco, Mamadou Diallo, un « espace démocratique » devrait, selon lui, éviter ces genres de tension. En effet, la République démocratique du Congo connait une crise née de l’absence des élections en 2016 devant assurer l’alternance du sommet à la base. La RDC se retrouve aujourd’hui avec des institutions illégitimes. C’est le cas de la présidence de la République, le Sénat, les gouvernorats et les assemblées de province ainsi que des bourgmestres. L’Assemblée nationale va tomber dans l’illégitimité dès ce mois de mars 2017.  Pire, les élections restent incertaines. Dans ce contexte où les citoyens n’ont pas la certitude de renouveler les animateurs des institutions par les élections, les conflits de tous genres sont inévitables.

Pas d’alternative à la démocratie

Il est indéniable que les Congolais ne se reconnaissent plus dans les institutions actuelles minées par des intérêts partisans. C’est d’ailleurs pour cette raison que tous les espoirs sont fondés sur l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016 entre les acteurs politiques et de la Société civile. Ce compromis politique est une voie de sortie de crise qui doit justement aboutir à la tenue d’élections à tous les niveaux.

Cependant, après la mort d’Etienne Tshisekedi le 1er février, le pouvoir de Kinshasa est tenté d’enterrer cet accord avec son plus grand défenseur. Ce qui ravive notamment les tensions politiques observées dans les grandes villes.

Toutefois, en attendant l’avènement des institutions légitimes, il est impératif, pour éviter des foyers de tension, que les dirigeants gèrent le pays dans le respect des valeurs démocratiques.  Ce qui suppose que chaque institution agisse conformément à la Constitution qui garantit tous les droits et libertés démocratiques à chaque Congolais. Ceci éviterait l’utilisation disproportionnée de la force publique par la police, les injustices et cette gestion opaque de la République. Des observateurs déplorent notamment cette gâchette facile qu’ont, depuis un temps, les forces de sécurité congolaises.

Dès lors, il apparait que la seule alternative pour baisser et éviter les tensions en RDC est de mettre en place un espace réellement démocratique qui garantisse les droits et les devoirs de chacun et une gestion transparente de la Res publica.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...

Facebook FanBox