A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Une fuite en avant

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

La République démocratique du Congo est à sa troisième expérience dans l’organisation des élections démocratiques, sous l’ère Kabila. En 2006, la RDC a organisé les deux tours de la présidentielle, des législatives nationales et provinciales, des urbaines et sénatoriales.

En 2011, Kinshasa a organisé la présidentielle à un tour et les législatives nationales. Après ces élections, la RDC n’a pas pu organiser de scrutins durant tout le quinquennat 2012-2016.

C’est cette absence d’élections qui est à la base de la crise politique actuelle qui a débouché initialement sur l’Accord politique issu du dialogue nationale de la cité de l’Union africaine signé le 18 octobre 2016. Le gouvernement Badibanga est l’émanation de cet accord politique entre la Majorité présidentielle et une petite frange de l’opposition et de la Société civile.

L’accord duquel émane le gouvernement Badibanga assigne à celui-ci comme mission principale d’organiser les élections. Contre toute attente, le ministre d’Etat en charge du Budget a affirmé haut et fort, hier mercredi 15 février, que son gouvernement n’est pas en mesure d’organiser les élections courant 2017, tenant compte des prévisions budgétaires.

La République démocratique du Congo serait-elle le seul pays africain incapable d’organiser ses propres élections ? C’est en tout cas la thèse que tente de faire gober aux Congolais le gouvernement Samy Badibanga en prétextant n’avoir pas de moyens financiers pour organiser les élections. Si cette équipe gouvernementale était logique avec elle-même, elle devrait démissionner. Issu de l’accord politique de la cité de l’Union africaine, le gouvernement Badibanga ne devait ménager aucun effort pour remplir sa principale mission, à savoir la tenue d’élections.

En alléguant qu’il ne dispose pas de moyens financiers pour organiser les élections cette année, conformément à l’Accord global et inclusif du 31 décembre, le gouvernement Samy Badibanga fait une fuite en avant. Mieux, cet Exécutif est en train de jouer le jeu de la Majorité présidentielle qui, durant cinq ans, n’a pas voulu organiser les élections. Une stratégie machiavélique qui consiste à pérenniser le président Joseph Kabila à la tête du pays alors qu’il a épuisé depuis le 19 décembre 2016 son deuxième et dernier mandat.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...

Facebook FanBox