Imprimer

Avec 13,5 millions d’électeurs enregistrés, Nangaa veut tenir le cap de 2017

Écrit par P.M./Cas-info. Publié dans Online Dépêches

Le président de la Céni déclare s’en tenir à la date de décembre 2017 pour finir toutes les opérations, conformément à l’Accord politique de la Saint Sylvestre.

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a enregistré, à ce jour, 13,5 millions d’électeurs. C’est ce qu’a annoncé, mardi 14 février, Corneille Nangaa. Le président de la Céni rentre d’une tournée qui l’a conduit dans quatre provinces : Ituri, Bas-Uélé, Haut-Uélé et Tshopo.

« J’ai le plaisir de vous annoncer que nous avons déjà 13,5 millions d’électeurs », s’est-il réjoui à sa descente d’avion à l’aéroport international de N’Djili. Ajoutant que le temps n’était plus à la distraction.

Corneille Nangaa, qui affirme s’en tenir à la date de décembre 2017 pour finir toutes les opérations, conformément à l’Accord politique, promet de poursuivre sa ronde dans les provinces de l’Ouest du pays.

Pour rappel, c’est depuis le 13 décembre dernier qu’avait eu le lancement des opérations d’enrôlement dans douze provinces du pays. Il s’agit de l’identification et l’enrôlement des électeurs, avec délivrance simultanée des cartes d’électeurs. Les critères d’enrôlement des électeurs et les pièces à présenter ont été définis. La révision du fichier électoral concerne tous les Congolais et toutes les Congolaises, vivant au pays ou à l’étranger, en âge légal et en droit de voter. Il s’agit plus spécifiquement de nouveaux majeurs (âgés de 18 ans révolus), de majeurs non enrôlés en 2010-2011, de tous les électeurs enrôlés en 2010-2011, des Congolais résidant à l’étranger.

Pour la catégorie des jeunes « nés au plus tard le 31 décembre 2000 », la mention « majeur en 2017 » ou « majeur en 2018 » sera reprise à côté de leurs noms. Ils ne voteront que lorsqu’ils atteindront 18 ans. Ces précisions ont été données par le président de la Céni. Quant au Congolais résidant à l’étranger, les candidats à l’identification et à l’enrôlement devront présenter un passeport congolais en cours de validité ou une carte consulaire.

L’accord politique, signé le 31 décembre 2016  entre les signataires de l’Accord du 18 octobre 2016 et ceux de l’Opposition qui n’y ont pas participé, prévoit notamment l’organisation de l’élection présidentielle, des législatives nationales et provinciales d’ici « fin 2017 ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Pendant que les acteurs politiques signaient ostentatoirement hier au Parlement l’arrangement particulier à l’Accord de la saint-Sylvestre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du...