A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Respecter la vie humaine

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

La vie humaine est sacrée. Nul n’a le droit de l’ôter, fut-il membre du gouvernement ou agent de l’ordre. En ce sens, il n’y a pas une « grande » vie pour les nantis et une « petite » vie pour les petites gens.

Autrement dit, quelle que soit la gravité des faits reprochés à qui que ce soit, il y a des mécanismes prévus par la loi pour réprimander tout acte délictueux. Ce sacro-saint principe est même repris dans la Constitution qui reconnait noir sur blanc que la personne humaine est sacrée.

Mais, que se passe-t-il depuis un temps dans le Kongo Central et le Kasaï Central ? Même s’il est vrai que les actes posés par le chef coutumier Kamuina Nsapu dans le Kasaï ou encore Ne MuandaNsemi au Kongo Central sont condamnables à tous points de vue, est-ce que la seule sentence réservée à leurs adeptes était la mort ? Pourquoi la justice n’a pas pris le temps de les attendre pour, entre autres, connaitre leur motivation et, éventuellement, comprendre les réseaux qui alimentent leurs mouvements ?

A ces deux questions, la justice s’est montrée totalement indifférente. Elle a laissé aux forces de l’ordre et de sécurité la latitude de réprimer dans le sang, sans autre forme de procès. On a donc mis la charrue avant le bœuf.

Les cas presque similaires du chef Kamuina Nsapu et de Ne MuandaNsemi doivent être pris très au sérieux. C’est le reflet d’un malaise qui couve à l’échelle nationale. L’on ne doit pas les minimiser. Cette situation de crise ne va pas non plus se régler par les biceps. Il faut bien comprendre le problème. Car il est, autant au Kasaï qu’au Kongo Central, bien plus complexe. En réalité, le Kasaï et le Kongo Central sont juste la pointe visible de l’iceberg qui cache les profondes frustrations qui règne dans le pays.

Au nom du respect à la vie, le gouvernement ferait mieux de chercher à résoudre le problème en lieu et place de se limiter aux symptômes en déployant des moyens militaires et policiers sophistiqués. Au moment où la Cenco cherche à réconcilier le peuple congolais envers lui-même, seul la voie du dialogue pourra calmer les tensions de part et d’autre.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...

Facebook FanBox