A la Une

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Soutien à l’agriculture : la BAD promet 2,4 milliards Usd de financement par an

Soutien à l’agriculture : la BAD promet 2,4 milliards Usd de financement par an

C’est parti avec les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD). C’est...

Pari difficile

Pari difficile

Le chef de l’État a enjoint aux membres du gouvernement Tshibala d’être réellement au service...

CNSA : les membres bientôt connus

CNSA : les membres bientôt connus

La présidence de la République est en possession de différentes propositions des parties...

Imprimer

Obsèques de Tshisekedi : la famille et l’Udps s’accordent

Écrit par Le Potentiel . Publié dans A la Une

* L’Accord du 31 décembre avant tout ; testament de Tshisekedi

* Ya Tshitshi mérite des funérailles nationales dignes

* Non à toute récupération politique

Le rapatriement de la dépouille mortelle et l’organisation d’Etienne Tshisekedi de ses obsèques sont conditionnés par la « mise en œuvre effective » de l’Accord du 31 décembre et une éventuelle autopsie. Ce sont là quelques préalables posés par la famille Tshisekedi dans une déclaration faite lundi à Bruxelles  et signée par son frère cadet, Mgr Gérard Mulumba. Cette position rejoint celle affichée auparavant par l’Udps, par la bouche de son secrétaire général.

A l’instar de l’Udps, la famille d’Etienne Tshisekedi est revenue, hier lundi à Bruxelles, sur le préalable de la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre avant tout rapatriement du corps du sphinx de Limete. C’était en marge de la conférence de presse animée conjointement par Mgr Gérard Mulumba, évêque de Mweka et frère cadet d’Etienne Tshisekedi, Félix Tshisekedi, secrétaire général adjoint chargé des relations extérieures, et Dr André Kabanda, représentant de l’Udps/Benelux. 

Dans la famille tout comme à l’Udps, on est d’avis qu’aucun programme des obsèques d’Etienne Tshisekedi ne peut être établi tant que la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo) n’a pas donné des garanties suffisantes sur la mise en œuvre de l’Accord politique du 31 décembre conclu au terme des pourparlers directs entre signataires et non-signataires de l’accord du 18 octobre 2016. « La famille considère que pour éviter toute forme de dérive et au nom de l’hommage que les Congolais, toutes tendances confondues, souhaitent lui rendre dans un climat serein, les obsèques au pays d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba devraient être consécutives à la mise en œuvre effective de l’Accord du 3i décembre 2016 », déclare la famille de l’illustre disparu dans une déclaration signée le 13 février 2017 à Bruxelles par son frère cadet, Mgr Gérard Mulumba.

Attaché à ce principe, la famille du président de l’Udps « exhorte » la CENCO « dans son  rôle de médiation, de mettre fermement tout en œuvre pour que les parties prenantes arrivent, de bonne foi, à l’exécution urgente des engagements mutuels pris dans le cadre de cet accord ».

Tout en exprimant sa « solidarité avec la grande famille politique de l’Udps et du Rassemblement ainsi qu’à tout notre peuple, ensemble éprouvés par cette disparition », la famille d’Etienne Tshisekedi estime que « le président Etienne Tshisekedi wa Mulumba mérite les obsèques nationales dignes ». Aussi prie-t-elle « diligemment la médiation de la CENCO, les parties prenantes à l’accord de fixer la famille sur les préoccupations exprimées afin de lui permettre de planifier le programme d’inhumation de l’illustre disparu, la tenue et la clôture de son deuil ».

Présent à la conférence de presse de Bruxelles, Félix Tshisekedi a embouché le son de son oncle, Mgr Mulumba. Interviewé sur Top Congo, Félix Tshisekedi s’est montré plutôt ouvert à trouver le plus rapidement possible un compromis avec le pouvoir pour, se défend-il, enterrer dignement le président son père. Quant à sa rencontre à Bruxelles avec She Okitundu, chef de la diplomatie congolaise, Félix Tshisekedi n’en a tiré aucune avancée significative. She Okitundu n’était pas en mesure de confirmer quoi que ce soit tant sur le lieu de sépulture et les conditions de sécurité que sur les préalables soulevés par l’Udps.

L’Udps a tout verrouillé

A tout prendre, la conférence de presse de Bruxelles n’a pas résolu le mystère. Bien au contraire, il en a rajouté un peu plus au suspense qui entoure désormais les obsèques d’Etienne Tshisekedi. La position affichée par la famille d’Etienne Tshisekedi renforce davantage celle prise auparavant par l’Udps qui avait déjà, dans une déclaration faite à Kinshasa par son secrétaire général, Jean-Marc Kabund, posé deux préalables avant tout rapatriement de la dépouille d’Etienne Tshisekedi. Il s’agit, d’une part, de « la fixation du lieu et de la forme de l’enterrement », dont l’érection dans la ville de Kinshasa d’un mausolée où sera gardé pour l’éternité le corps du « père de la démocratie » et, d’autre part, de « la prise en charge de tous les frais liés aux obsèques par l’Etat congolais à travers le gouvernement de large union nationale en vue ».

Entre l’autopsie qu’exige, par ailleurs, la famille de Tshisekedi et de profondes divergences autour de l’organisation de ses obsèques, le rapatriement de la dépouille du lider maximo n’est donc pas pour demain. D’autant que, entre le pouvoir en place à Kinshasa, la famille et l’Udps, les violons sont encore loin de s’accorder.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook FanBox