A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Un faux débat

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

La Majorité présidentielle ne veut pas se ranger sur le chemin de la paix et de la concorde nationale tel que tracé par l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016. Pourtant, ce compromis a été salué par toute la nation congolaise et par la Communauté internationale pour le simple fait qu’il permet un processus électoral apaisé entre les acteurs politiques majeurs.

Habituée à des stratagèmes pour ses visées louches, la famille politique du Chef de l’Etat multiplie des blocages depuis la signature de cet arrangement politique. Son objectif est de retarder le plus longtemps possible la marche vers des élections devant assurer l’alternance au sommet de l’Etat à la fin de cette année.

Depuis la signature du compromis global  du Centre interdiocésain, la MP ne fait que détourner l’attention des Congolais avec des faux débats. D’abord, une polémique stérile a bouffé du temps sur le mode de désignation du Premier ministre qui doit sortir des rangs du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. Ensuite, la MP s’est battu, bec et ongles, pour que la présidence du Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA) revienne, non pas au Rassemblement, mais plutôt au MLC avant de se raviser.

En quête de tout ce qui peut bloquer la mise en œuvre de l’Accord du Centre interdiocésain, la MP cherche, enfin, à tirer un gain politique de la mort d’Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS et du Comité des sages du Rassemblement. Pour la MP, Tshisekedi mort, le poste de président du CNSA ne doit pas être accordé « automatiquement » au prochain président du Rassemblement.

Or, l’Accord du Centre interdiocésain  stipule expressément que  « le CNSA sera présidé par le président du Comité des sages du Rassemblement ». Cette disposition ne devrait souffrir d’aucune contestation, mais ça serait sans compter avec la mauvaise foi de la MP. Des cadres de cette composante politique estiment qu’il faudra requalifier cette décision dûment acceptée par les parties signataires.

Un faux débat signé par la MP dans  le but de distraire les Congolais, mais surtout de torpiller le compromis facilité par les évêques membres de la CENCO.

Commentaires   

0 #1 Darland Diakedika 14-02-2017 00:40
La dite majorité présidentielle ne fait qu'appliquer les plans de son fameux président ma élu et très mal placé pour diriger ce pays. Il ne faut pas vous étonner du comportement de cette fausse majorité. Elle doit et ba disparaître avec le fin précipité du régime. Avant les prochaines élections, Kanambe Hypolite sera détrôné. Le temps de le chasser du pouvoir est arrivé.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...

Facebook FanBox