A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

La MP dans ses turpitudes

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

Les différents blocages enregistrés par le processus du dialogue du Centre interdiocésain est l’œuvre de la Majorité présidentielle. Il ne faut pas chercher loin. Un tour au Palais de la nation ou une descente du secrétaire général de la MP Aubin Minaku suffisait pour que les choses évoluent positivement.

Il est ainsi clairement établi que la MP a tout fait pour bloquer la  machine électorale, durcir ses positions par la répression systématique, l’emprisonnement des opposants et des activistes pro-démocratie afin d’assurer à l’Autorité morale un pouvoir éternel. Mais l’opposition des Congolaises et Congolais qui ont bravé toutes les formes de répression pour barrer la voie à cette imposture qui voulait s’installer au pays. Des marches, des villes mortes réprimées dans le sang ont freiné net l’élan qui consistait à mettre au pas tout un peuple contre son désir de voir s’instaure l’alternance au sommet de l’Etat.

Dans une vision clairvoyante, Etienne Tshisekedi a accepté d’engager le Rassemblement à des négociations avec le pouvoir en vue d’éviter que le pays n’implose. Les négociations laborieusement menées sous la médiation des évêques ont abouti à la signature d’un accord le 31 décembre 2016. Cet accord signé par la MP consigne tout ce que le peuple congolais avait exigé à savoir l’alternance en n’accordant pas un mandat de plus au président sortant qui avait achevé ses deux mandats constitutionnels. En plus, il est acquis qu’aucune révision de la Constitution ne pourrait être engagé pendant la période de la transition, sous quelque forme que ce soit. Une situation qui conforte la position de la population opposée à tout tripatouillage de la loi fondamentale afin de permettre au président Kabila de se maintenir au pouvoir.

La MP et ses négociateurs qui se sont engagés sur la voie de la révision des engagements pris le jour de la Saint-Sylvestre dans les négociations sur  l’arrangement particulier doivent se raviser d’autant plus que la mort de Tshisekedi qui s’érigeait de son vivant en digue, n’est pas de nature à arranger ces caprices d’un autre âge. Sans s’en rendre compte, le climat politique est en train de se tendre comme avant le 19 décembre 2016. Il faut bien scruter la météo.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...

Facebook FanBox