Imprimer

Goma: un policier tue un volontaire au Festival Amani la veille

Écrit par Stanislas Ntambwe. Publié dans Online Dépêches

« Cette nuit, la famille du festival Amani est en deuil. Nous avons le regret et l’immense peine de vous annoncer le décès de notre cher ami Norbert Paluku dit +Djoo+, membre actif du foyer culturel de Goma et du festival Amani », annonce un communiqué de la direction d’organisation de ce grand rendez-vous culturel sous régional.

Un malheureux incident est survenu, jeudi 09 février 2017, peu avant minuit, sur le site du Festival Amani, suite à une altercation entre un policier de Goma et un volontaire scout du groupe « Cours de Grand ».

Des sources concordantes rapportent que, le jeune volontaire appelé communément « Djoo », cherchait à s’interposer pour prendre la défense d’un jeune garçon. Mais ce policier, apparemment ivre, leur a tiré dessus. Emmenés d’urgence à l’hôpital, Djoo y est décédé des suites de ses blessures et le jeune scout, en état critique, y est encore hospitalisé.

Tir à bout portant

« Depuis le début de l’après-midi, ce jeudi, le policier cherchait des problèmes aux scouts. Il réclamait notamment un matelas, probablement pour le voler », rapporte La Libre.be. « Nous étions sur scène en train d’effectuer les derniers réglages techniques en vue du début des concerts ce vendredi, quand nous avons entendu un premier coup de feu », a confié Christophe Voisin, régisseur.

Ayant constaté que leur collègue a été tué, les scouts ont fini par maîtriser le policier, après l’avoir ligoté. Ce, avant que l’arrivée sur place des responsables de la police de Goma qui ont emmené le policier pour le livrer à la justice.

Une réunion d’urgence entre les membres organisateurs du festival Amani, ses équipes de sécurité et la police de Goma s’est tenue vendredi 10 février, avant l’ouverture officiel du festival qui s’étend jusqu’au dimanche 12 février. La réunion de ce matin consistait  à définir au mieux, les mesures sécuritaires des festivaliers pour toute la durée du festival.

La fête continue

En dépit de cet incident malheureux, le Festival va continuer son bon chemin.

Ce matin, les proches de Djoo, ont rencontré les organisateurs du festival. « Ils nous ont dit que Djoo aurait voulu que le festival ait lieu malgré tout », rapporte le promoteur du Festival Amani, Eric de Lamotte. Selon lui, les scouts auraient également témoigné de leur volonté de continuer à s’impliquer dans leurs tâches pour le bon déroulement du festival. « Tous sont unanimes, nous maintenons donc le festival, qui démarre comme prévu ce vendredi à 11 heures », a-t-il affirmé

Toutefois, avant chacun des concerts qui clôtureront les trois jours de l’événement, une minute de silence sera dédiée au « martyr Djoo ». La grande scène portera son nom.

« Nous pleurons Djoo, nos cœurs sont remplis de tristesse et nos pensées vont à sa femme Aline, sa fille Djalde et son fils Ernest, sa maman et son papa, ses frères et ses sœurs, sa famille et tous ses proches », ont indiqué les organisateurs.

Par ailleurs, les organisateurs du festival ont promis d’apporter leur aide aux  familles de ces deux victimes. « Nous prévoyons les funérailles de Djoo pour lundi, conclut Eric de Lamotte. En attendant, nous comptons faire de cette quatrième édition du festival Amani la plus belle d’entre toutes, en son hommage ».

 

Le Festival Amani qui se déroule du 10 au 12 février de chaque année, à Goma (Nord-Kivu) est le plus grand festival de musique et de danse de la région des grands lacs.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Pendant que les acteurs politiques signaient ostentatoirement hier au Parlement l’arrangement particulier à l’Accord de la saint-Sylvestre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du...