A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Nord-Kivu : l'opposition en appelle à l'enrôlement massif de la population

Écrit par Olivier Dioso le .

C’est dans le même cadre que deux journées spéciales ont été sollicitées afin de faciliter l’enrôlement des citoyens majeurs ayant égaré leurs anciennes cartes d’électeur.

L’évolution du processus d’enrôlement au Nord-Kivu, les élections en vue et la situation politico-sécuritaire dans cette province, ont constitué la matière au menu des échanges, mercredi 8 février, entre le gouverneur Julien Paluku Kahongya et les représentants des partis politiques de l’opposition de son entité administrative, rapporte le portail officiel de la province du Nord-Kivu

Selon le porte-parole de ce groupe d’opposants, Me René Kyunda, leur analyse approfondie de la situation politico-sécuritaire a abouti à une série de recommandations partant d’un clin d’œil critique de dix années de gouvernance à la tête du Nord-Kivu.

Au vu des enjeux électoraux en vue, les représentants des partis politiques de l’opposition ont réitéré leur appel à la population pour un enrôlement massif. Car, ont-ils signifié, il n’y a que par la détention de la carte d’électeur que le Congolais saura exercer son pouvoir de souverain primaire en se choisissant ses futurs dirigeants.

Au nom de ses pairs, Me René Kyunda a qualifiée d’importante et constructive la rencontre avec l’autorité provinciale. C’était avant d’exprimer la crainte de voir la résurgence des éléments ex-M23, à partir des pays voisins, affecter le processus électoral, pourtant attendu de tous.

Butembo : journées spéciales pour majeurs dépourvus de cartes 

Par ailleurs, dans le même registre de scrutins à venir, le maire de ville de Butembo, Théodore Sikuly’Uvasaka Makala, de concert avec les quatre bourgmestres de sa juridiction, a sollicité, auprès de la responsable de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), deux journées spéciales afin de faciliter l’enrôlement des citoyens majeurs ayant égaré leurs anciennes cartes d’électeur pour une raison ou une autre, renseigne le portail officiel de cette province.

Pour l’autorité urbaine, l’idéal est de voir un plus grand nombre possible d’électeurs obtenir ce document précieux qui ouvre la voie au choix de leurs propres dirigeants.

Cette requête a reçu l’approbation de Mme Georgette Kibendelwa, chef d’antenne de la Céni/Butembo qui a fixé les jours de mardi et vendredi pour effectuer cet enrôlement. Néanmoins, le requérant devra se munir d’une note de l’autorité à la base, en guise de témoignage.

 

Les personnes concernées par cette mesure dérogatoire, rappelle-t-on, sont celles ayant perdu leurs cartes d’électeur dans des cas de force majeure et celles qui ont atteint l’âge de la majorité après l’enrôlement de 2011 et les élèves futurs majeurs actuellement âgés de 16 et 17 ans. Cette mesure a satisfait plus d’une personne, surtout les voyageurs qui, faute de carte d’électeur, ne savaient plus à quel saint se vouer.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.