A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Pleins feux sur l’état d’avancement du Guichet unique intégral du commerce extérieur

Écrit par Cyprien K. le . Publié dans Economie

Le gouvernement tient beaucoup à la réussite et au caractère obligatoire du Guichet unique intégral du commerce extérieur(GUICE).

Parmi les réformes initiées par le gouvernement pour améliorer le climat des affaires et  faciliter des procédures en matière de l’import-export se trouve la mise en place du Guichet unique intégral du commerce (GUICE) extérieur dont la gestion est confiée à la société d’exploitation du guichet unique du commerce extérieur(SECUCE). C’est l’affirmation du ministre du Commerce, le jeudi 9 février 2017, au cours de la toute première réunion du Comité directeur de la SEGUCE. Une rencontre qui intervient quelques semaines après la généralisation nationale de la phase de pré-dédouanement.

Ayant pour, entre autres objectifs, de mettre fin à la multiplicité des procédures à l’import-export des marchandises et à la maximisation des recettes de l’Etat, le GUICE a toute son importance dans le cadre de la relance de l’économie nationale. Justement, lors de la réunion de son comité directeur à laquelle prennent part tous les intervenants dans le secteur du commerce, les responsables de la SEGUCE ont fait le point sur l’état d’avancement de cette réforme, l’une des plus importantes initiées par le gouvernement.

Parmi les avancées enregistrées dans le cadre de ce projet, les responsables de la SEGUCE notent l’ouverture, le 26 janvier à Goma, d’un centre de facilitation. Ce qui rend le module de pré-dédouanement obligatoire sur toute l’étendue du territoire national.

Poursuivant sur les avancées du projet, la direction générale de la SEGUCE a également précisé qu’à ce jour, six agents maritimes, représentant plus de 70% du trafic, utilisent le GUICE. A côté de ses réalisations, la SECUCE se lance aussi à la finalisation des chantiers avec la SCTP pour la gestion des autorisations de sortie des marchandises.

Challenges

Si la SEGUCE  est très avancée dans le processus d’opérationnalisation du guichet unique intégral du commerce extérieur, il revient à souligner que la mise en œuvre effective de certains compartiments de ce projet peine à se réaliser, compte tenu des réticences de certains acteurs qui ont du mal à digérer cette réforme.  A cette difficulté s’ajoute également la non implication de certains ministères dans le traitement des dossiers via le GUICE.

Sur ce point précis, la direction générale de la SEGUCE envisage effectuer une descente à l’intérieur du pays en vue de continuer le travail de sensibilisation. Quitte aux opérateurs et autres acteurs réticents de se conformer aux exigences de la loi portant mise en œuvre de cette réforme qui institue le caractère obligatoire de la GUICE. Le ministre du Commerce l’a rappelé lors de son discours.

Pendant ce temps, le SEGUCE poursuit avec l’enrôlement et la formation des opérateurs, a déclaré le chef de projet GUICE, précisant que la plateforme SEGUCE a à ce jour enrôlé plus de 9 000 personnes parmi lesquelles plus de 6 000 sont déjà formées. Le site web de projet www.segucerdc.cd reste ouvert à toutes les préoccupations

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...