A la Une

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Entre les miniers et l’État congolais, ce n’est pas encore le langage des sourds. Mais à...

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

La vérité va certainement éclater dans les prochains jours sur le double meurtre de deux experts...

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Le message de l’assemblée plénière ordinaire de la CENCO adressé aux Congolais, le 23 juin,...

Double enquête

Double enquête

Les provinces du Kasaï ont connu une tragédie qui exige que justice soit faite aux victimes des...

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

«L’étendue des atrocités, des destructions et des souffrances infligées aux populations...

Imprimer

Les éléments de la PCR appelés à améliorer la fluidité du trafic sur les artères de Kinshasa

Écrit par Bienvenu Ipan. Publié dans Société

Au total, 91 sur 99 policiers de circulation routière (PCR) issus du Commissariat provincial de Kinshasa viennent de renforcer leurs capacités, grâce à l’appui technique et financier de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

La formation des formateurs qui s’est déroulée, du 19 au 17 décembre 2016 à Kasangulu, s’est clôturée, hier mercredi 8 février, à la Direction générale des écoles et formations (DGEF) de la PNC située à Barumbu. Selon les résultats proclamés, 91 stagiaires sur 99 ont réussi avec distinction et/ou satisfaction. Les 8 autres ont été en deçà de la moyenne. En plus de brevets de mérite leur remis, les lauréats ont été gratifiés de présents.

Organisée par la DGEF, la formation s’inscrivait dans le cadre du «Projet de professionnalisation de la Police pour la population et la paix » (P4P).

Sous l’égide du commissaire général de la PNC, le commissaire provincial de Kinshasa et le directeur général des écoles et formations ont exprimé le besoin de cette session de recyclage qui a plus visé les cadres de la PCR. Ce, en vue de permettre aux commandants d’harmoniser leur compréhension avec leurs agents formés lors de la première session organisée en avril dernier, et renforcer leurs capacités en gestion et encadrement de leurs unités respectives.

La formation a permis d’améliorer la prestation des unités de la PCR/Kinshasa ; de renforcer les capacités institutionnelles de la DGEF de la PNC à travers la gestion du cycle entier d’une action de formation, notamment en matière de planification d’une action de formation, d’organisation technique pédagogique et administrative, d’une action de formation en préparation des leçons, en techniques d’animation, et évaluation d’une formation.

Corriger les erreurs du passé

À l’issue de cette formation, 99 cadres et agents dont 13 femmes de la PCR commissariat de Kinshasa ont vu leurs capacités renforcées ; un bloc programme contenant 17 modules auxquels figuraient des cours tels que « Code de la route, Constat d’accident, Police de proximité, Éthique et déontologie policière, Management, Rédaction de rapport policier, Psychologie de commandement ».

Ces cours ont été dispensés pour un programme étalé sur une charge horaire avec un volume total de 122 heures, pour une durée de 24 jours à raison de 6 heures par jour.

Soulignant l’importance de la formation, le commissaire général adjoint de la PNC en charge de l’administration, le général Raus Chalwe, a promis d’instruire les responsables du commissariat provincial de Kinshasa pour que les acquis de cette formation soient répercutés à leurs différents services respectifs. Il a également recommandé aux PCR formés de faire preuve de maturité en bannissant les vieilles habitudes qui consistaient, notamment à disputer le volant de véhicules avec les chauffeurs et à confisquer les plaques d’immatriculation.

Le représentant-résident de la JICA en RDC, Toshimichi Aoki, a encouragé la DGEF et toute son équipe d’avoir dispensé cette formation de qualité avec la méthode CUDBAS. « Nous sommes heureux de constater que cette méthode a (…) pu contribuer à l’amélioration de l’enseignement et l’évaluation des formateurs au sein de la DGEF.Maintenant, il ne reste plus qu’à pouvoir constater les fruits de ce travail lors du déploiement sur le terrain (…). La RDC a aujourd’hui les yeux tournés vers vous, elle compte sur vous pour améliorer la circulation routière. Profitez donc de cette grande opportunité pour corriger les erreurs du passé. Ce qui fera de vous des policiers professionnels, vous qui avez choisi de servir votre pays sous le drapeau », a déclaré le représentant-résident de la JICA en RDC.

Persuadé que cette étroite collaboration congolo-japonaise renforcera davantage l’amitié entre les deux pays, Toshimichi Aoki a rassuré que son pays va continuer de soutenir la réforme du secteur sécuritaire au-delà de cette formation.

 

Au regard de tout ce qui précède, des avis convergent que la deuxième session de formation va, à coup sûr, permettre aux bénéficiaires d’améliorer la fluidité du trafic dans les artères de Kinshasa et de la RDC. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir