Imprimer

Les deux préalables de l’UDPS au rapatriement du corps de Tshisekedi

Écrit par Stanislas Ntambwe. Publié dans Online Dépêches

« La prise en charge de tous les frais liés aux obsèques par l’Etat à travers le gouvernement de large union nationale; la fixation du lieu et de la forme de l’enterrement, l’érection d’un mausolée au centre-ville de Kinshasa où sera gardé pour l’éternité le corps du père de la démocratie », sont les deux conditions sine qua none de l’UDPS.

On est loin d’en finir avec la crise politique en République démocratique du Congo (RDC). Après le décès du leader de l’Opposition Etienne Tshisekedi, le 01 février 2017 à Bruxelles, il se pose un autre problème : le rapatriement de son corps. Entre-temps, les arrangements particuliers, entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement autour de l’accord de la Saint Silvestre, signé le 31 décembre 2017, sont au point mort.

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), par le biais de son secrétaire général, Jean Marc Kabund a annoncé, mercredi 8 février 2017, que le rapatriement du corps d’Etienne Tshisekedi est soumis à deux conditions. Notamment, la mise en place du nouveau gouvernement, tel que conclu dans l’accord précité.

Selon Jean Marc Kabund précise « les dates du rapatriement et de l’enterrement de notre héros ne seront connues que si et seulement si deux préalables rencontrent des solutions ».

Gouvernement de large union nationale

Il s’agit entre autre, confie-t-il, de « la fixation du lieu et de la forme de l’enterrement, l’érection d’un mausolée au centre-ville de Kinshasa où sera gardé pour l’éternité le corps du père de la démocratie ». Mais aussi, de « la prise en charge de tous les frais liés aux obsèques par l’Etat à travers le gouvernement de large union nationale » a déclaré Jean Marc Kabund, au cours d’une conférence de presse tenue à Kinshasa.

Il a en outre, rejeté les annonces faites mardi 7 février, par le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, annonçant la prise en charge totale des obsèques de Tshisekedi par le gouvernement et l’octroi des titres de voyages aux 15 membres de la famille biologique et politique d’Etienne Tshisekedi.

Bras de fer ?

En réaction aux propos du secrétaire général de l’UDPS, Lambert Mende dit ne pas voir « pourquoi on doit réagir aux émotions de Mr Kabund. Nous discutons avec la famille qui a amené dans ses bagages un membre de l’UDPS. Ils ont des problèmes chez eux, mais nous nous en tenons à notre communiqué du mardi », a-t-il déclaré ce mercredi à Actualite.cd.

Selon les dispositions prises par le gouvernement de la République pour les obsèques d’Etienne Tshisekedi, le chef de l’Etat, Joseph Kabila a instruit d’octroyer des titres de voyages aux 15 membres de famille et à l’UDPS pour se rendre à Bruxelles. Mais aussi, l’affrètement d’un avion pour rapatrier le corps de Tshisekedi ainsi que le choix du palais du peuple pour l’exposition du corps.

Depuis le décès d’Etienne Tshisekedi le 1er février 2017, la base de l’UDPS, s’est montrée hostile à l’organisation des obsèques de l’illustre disparu par le gouvernement issu de l’accord du 18 octobre, dirigé par Samy Badibanga.

Par ailleurs, tout porte à croire que le parti cher à E. Tshisekedi et ses alliés pensent, mettent en cause la bonne foi de la Majorité présidentielle d’appliquer, à la lettre, l’accord du 31 décembre en vue d’en finir avec la crise qui gangrène la scène politique congolaise. D’où, exigent-ils, la mise en application de cet accord, notamment par la mise en place du nouveau gouvernement qui, selon cet accord, devra être dirigé par l’UDPS. Et ce, avant le rapatriement de la dépouille mortelle de l’illustre disparu.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Pendant que les acteurs politiques signaient ostentatoirement hier au Parlement l’arrangement particulier à l’Accord de la saint-Sylvestre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du...