A la Une

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Sassou s’invite

Sassou s’invite

De Brazzaville, sortira-t-il quelque chose de bon ? Après la visite-éclair du président...

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

Calendrier électoral : C. Nangaa renvoie la balle au gouvernement

La tripartite du Palais du peuple est entrée dans le vif du sujet. Le président de la Céni,...

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Imprimer

Casablanca : la RDC au Salon international de l’édition et du livre

Écrit par Bienvenu Ipan le . Publié dans Culture

La rencontre annuelle, qui est à sa 23ème édition, sera marquée par l’organisation de la deuxième édition de la « Plateforme de cession du droit d’auteur » qui constitue un outil pour échanger les droits d’auteur et de traduction.

« La 23è édition du Salon international de l’édition et du livre (SIEL 2017) aura lieu du 09 au 19 février à Casablanca avec la participation de 11 ministres africains de la Culture et 40 éditeurs et écrivains », a affirmé, lundi à Rabat, le ministre marocain de la Culture, Mohamed Amine Sbihi cité par Atlasinfo.fr.

Les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) seront l’invité d’honneur, et ce, en parfaite symbiose avec la vision royale visant à renforcer les relations du Maroc avec les pays africains, a souligné M. Sbihi lors d’un point de presse à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc.

Il s’agit de l’Angola, du Burundi, du Cameroun, de la République centrafricaine, de la République du Congo, de la République démocratique du Congo, du Gabon, de la Guinée équatoriale, du Tchad, de Sao Tomé-et-Principe, du Rwanda ainsi que du secrétariat général de la CEEAC.

Placée sous le patronage du Roi Mohammed VI, cette édition connaitra la participation de plusieurs Maisons d’édition représentant 54 pays. Selon le ministre, environ 702 éditeurs, dont 353 directs et 349 indirects, vont exposer 100.000 titres (soit 3 millions de copies).

Promouvoir la littérature

Selon Sbihi, la plateforme créée sera accessible aux professionnels du livre et de l’édition, en vue de le promouvoir à l’échelle internationale. D'après le ministre, plusieurs pays prendront part à la deuxième édition de « la plateforme de cession du droit d’auteur », notamment le Maroc ainsi que les représentants de l’Allemagne, l’Egypte, l’Italie, la Palestine, la Tunisie, la Turquie, la Chine, le Cameroun, le Gabon, le Rwanda, la République démocratique du Congo, la République du Congo et le Tchad.

«Tous ces éléments multiplieront davantage les rencontres et la mise en œuvre de contrats directs de cession de droits d'auteur et renforceront davantage la dynamique des industries culturelles au niveau de l’édition », a souligné le ministre marocain de la Culture.

Il a, à cette occasion, mis en exergue les efforts de son ministère à travers l’organisation des Salons régionaux du livre, du Salon du livre de l’enfant avec la participation de 27 éditeurs spécialistes, la mise en place d’un mécanisme pour promouvoir le secteur de l’édition et le livre à travers des appels à projets.

En parallèle aux activités dédiées aux pays africains, invité d’honneur du SIEL 2017, l’édition accueillera, conformément à son programme culturel général, des activités auxquelles participeront des écrivains marocains, arabes et étrangers.

 

Plusieurs activités sont prévues, comprenant des tables rondes thématiques, des rétrospectives axées sur la pensée, des ateliers pour enfants ainsi que l’attribution du prix international «Ibn Batouta » de la littérature de voyage.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’élection de la République démocratique du Congo au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies fait grincer des dents. Son régime est-il légitime pour donner des leçons en matière de droits humains...