A la Une

Le pays va très mal, debout Congolais: un message percutant des évêques congolais

Le pays va très mal, debout Congolais: un message percutant des évêques congolais

« Le pays va très mal. Debout Congolais ! Décembre 2017 approche ». C’est ainsi que les évêques...

Bruits des bottes

La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et...

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Tenir les élections à fin 2017 est le credo entonné à l’unanimité par l’ensemble des Congolais...

Nouvelles preuves

Nouvelles preuves

Au-delà du fait que les tueries du Kasaï constituent une perte pour la nation, d’aucuns pensent...

Alexis Thambwe Mwamba:

Alexis Thambwe Mwamba: "Moïse Katumbi peut rentrer, mais…"

A quoi jouent les autorités de la RDC face au dossier Moïse Katumbi ? Dans une conférence de...

Imprimer

La RDC sous tension avant les funérailles de Tshisekedi

Écrit par Le Potentiel.

La mort du « Sphinx de Limete » intervient en pleine négociation politique d’une transition à haut risque en République démocratique du Congo (RDC). Un accord politique, signé le 31 décembre dernier, autorise le président Joseph Kabila à rester au pouvoir jusqu’à la présidentielle de 2017. La présidence du Conseil de suivi de l’accord et le poste de Premier ministre ont été attribués à l’opposition, mais depuis la signature de l’accord, majorité et opposition n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le nom du chef de l’exécutif et la composition de son gouvernement.

La mort d’Etienne Tshisekedi, président du Rassemblement de l’opposition, risque donc de ralentir un peu plus un processus politique des plus fragiles et retarder les élections après un premier report fin 2016.

La délicate mission de Félix Tshisekedi

La disparition du « vieux Tshitshi », décédé d’une embolie pulmonaire à l’âge de 84 ans à Bruxelles, tombe au plus mal. L’opposant historique devait prendre la tête du Conseil de suivi de l’accord. Il faudra donc lui trouver un successeur. Idem pour la présidence de l’UDPS, le parti politique fondé par Etienne Tshisekedi et la présidence du Rassemblement de l’opposition.

C’est désormais sur son fils, Félix Tshisekedi, que repose la bonne marche du parti et la mise en application de l’accord. Une mission à haut risque alors que l’opposition est plus composite que jamais. Proposé, selon plusieurs sources, au poste de Premier ministre du nouveau gouvernement de transition, Félix Tshisekedi devra donc faire les bons choix. Car son nom ne passe vraiment pas au sein de la Majorité présidentielle qui, pendant les dernières négociations, demandait à l’opposition une liste de plusieurs prétendants pour la Primature.

L’accord politique caduc ?

Dans ce contexte de tensions politiques, la mort de Tshisekedi pourrait bien changer la donne d’un accord que le pouvoir cherche à tout prix à retarder. Au sein de la Majorité présidentielle, certaines voix ont déjà lancé quelques ballons d’essais : « la disparition de Tshisekedi rend l’accord de la Saint-Sylvestre caduc », entend-on déjà dans le camp Kabila, trop content d’avoir trouvé un énième prétexte pour ne pas mettre en œuvre l’accord.

L’opposition, qui a rapidement senti le piège se refermer, a aussitôt riposté en exigeant la nomination du nouveau Premier ministre avant les funérailles d’Etienne Tshisekedi, dont le corps devrait être rapatrié à Kinshasa en toute fin de semaine.

Des funérailles qui se transforment en meeting anti-Kabila ?

Les funérailles d’Etienne Tshisekedi au Congo seront donc placées sous haute tension. Et de nombreuses questions restent en suspens. Le nouveau Premier ministre sera-t-il nommé avant le retour du corps du « Sphinx de Limete » ? La pression est actuellement maximale sur Joseph Kabila. Les obsèques d’Etienne Tshisekedi se dérouleront-elles sans violence ?

Le gouvernement congolais a aussitôt pris la mesure du danger en affirmant vouloir prendre en charge les cérémonies en accord avec la famille. Pour le pouvoir, le risque est grand que les funérailles de l’opposition congolaise se transforment en meeting anti-Kabila. Les dernières grandes manifestations populaires de septembre 2016 s’étaient soldées par une cinquantaine de morts.

 

Depuis, l’accord du 31 décembre avait permis d’apaiser les tensions. Le retour de la dépouille du très populaire Etienne Tshisekedi pourrait rallumer le feu aux poudres en cas de dérapage sécuritaire dans un pays qui continue de s’enfoncer dans la crise politique, mais aussi économique et sociale. La baisse du cours des matières premières, la croissance en berne et le Franc congolais en chute libre… plongent les Congolais dans une précarité inquiétante.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

« Le pays va très mal. Debout Congolais ! Décembre 2017 approche ». C’est ainsi que les évêques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco) ont intitulé leur message adressé à la...
More inA la Une  Sports  Economie