A la Une

Accord du 31 décembre: le G7 lance un appel à la mobilisation générale

Accord du 31 décembre: le G7 lance un appel à la mobilisation générale

25 ans après la marche des chrétiens en vue de l’instauration de la démocratie, le 16 février...

Martyrs de la démocratie

Martyrs de la démocratie

Les cris et chants des chrétiens tombés sous les balles de la soldatesque de Mobutu, le 16...

Caf-C2 : FC Renaissance joue sa qualification contre FC Akanda

Caf-C2 : FC Renaissance joue sa qualification contre FC Akanda

Le FC Renaissance du Congo doit impérativement gagner face àFC Akanda, pour valider son ticket...

Harcelé par la justice, le G7 soutient Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-MWANZA

Harcelé par la justice, le G7 soutient Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-MWANZA

Constatant le climat délétère qui prédomine dans toutes les provinces du pays, le G7 est...

Le gouvernement se dévoile : pas d’élections en 2017

Le gouvernement se dévoile : pas d’élections en 2017

  Programmer les élections pour un coût global estimé par la Ceni à 1,8 milliards Usd est loin...

  • Accord du 31 décembre: le G7 lance un appel à la mobilisation générale

    Accord du 31 décembre: le G7 lance un appel à la mobilisation générale

    vendredi 17 février 2017 10:31
  • Martyrs de la démocratie

    Martyrs de la démocratie

    vendredi 17 février 2017 09:11
  • Caf-C2 : FC Renaissance joue sa qualification contre FC Akanda

    Caf-C2 : FC Renaissance joue sa qualification contre FC Akanda

    vendredi 17 février 2017 07:15
  • Harcelé par la justice, le G7 soutient Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-MWANZA

    Harcelé par la justice, le G7 soutient Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-MWANZA

    vendredi 17 février 2017 05:59
  • Le gouvernement se dévoile : pas d’élections en 2017

    Le gouvernement se dévoile : pas d’élections en 2017

    jeudi 16 février 2017 10:18
Imprimer

Coopération bilatérale : le chef de la diplomatie libanaise en séjour à Kinshasa

Écrit par P.M..

Le Liban et la République démocratique du Congo examinent les voies et moyens de renforcer leur coopération bilatérale dans divers domaines intéressant les deux pays et les deux peuples. C’est ce qui explique le séjour depuis dimanche 5 février à Kinshasa, du ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil.

Le chef de la diplomatie libanaise rencontre, dès ce lundi, les autorités congolaises. Sa mission devra, entre autres, porter sur la vision du Liban pour l’Afrique et, particulièrement, pour la RDC, un pays qui abrite une grande communauté libanaise active dans plusieurs secteurs de la vie nationale, notamment le commerce, le transport, l’hôtellerie, la restauration… C’est la preuve qu’une solidarité s’affirme entre les deux peuples qui, en plus, ont toujours démontré leur attachement aux valeurs de démocratie, de liberté, de tolérance et de paix.

La partie déjà dévoilée de l’agenda de travail du ministre des Affaires étrangères libanais prévoit, pour ce lundi 6 février, une visite au Lycée libanais à Kinshasa. Cet établissement scolaire est situé sur l’avenue des Cliniques, à Gombe. Et là, M. Gebran Bassil se fera accompagner du ministre congolais de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel, Gaston Musemena.

Par ailleurs, le Liban, pris comme modèle de coexistence qui fait face aux courants d’extrémistes aveugles qui frappent le Moyen-Orient, devrait, sans nul doute, inspirer la RDC, un pays qui est au centre des enjeux géostratégiques et géopolitiques. Stratégique, par sa position géographique, la RDC l’est aussi par l’abondance et la variété de ses ressources naturelles. Une donnée permanente dont tout pouvoir politique devrait tenir compte.

Le Liban, dont la politique extérieure est largement contrainte par l’évolution des équilibres régionaux et par les crises qui secouent ses voisins immédiats, connaît un nouveau tournant de son histoire dans la remise en marche des institutions avec l’élection de Michel Aoun à la présidence de la République. 

Pour rappel, les premiers Libanais qui débarquèrent en RDC en 1960 dans le cadre de la mission internationale de l’ONU étaient venus pour enseigner la langue française. L’existence aujourd’hui de l’école libanaise à Kinshasa traduit ce pont culturel pour un programme d’enseignement libanais où les élèves apprennent, notamment l’histoire-géolibanaise et congolaise ainsi que l’arabe.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir