A la Une

Accord du 31 décembre: le G7 lance un appel à la mobilisation générale

Accord du 31 décembre: le G7 lance un appel à la mobilisation générale

25 ans après la marche des chrétiens en vue de l’instauration de la démocratie, le 16 février...

Martyrs de la démocratie

Martyrs de la démocratie

Les cris et chants des chrétiens tombés sous les balles de la soldatesque de Mobutu, le 16...

Caf-C2 : FC Renaissance joue sa qualification contre FC Akanda

Caf-C2 : FC Renaissance joue sa qualification contre FC Akanda

Le FC Renaissance du Congo doit impérativement gagner face àFC Akanda, pour valider son ticket...

Harcelé par la justice, le G7 soutient Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-MWANZA

Harcelé par la justice, le G7 soutient Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-MWANZA

Constatant le climat délétère qui prédomine dans toutes les provinces du pays, le G7 est...

Le gouvernement se dévoile : pas d’élections en 2017

Le gouvernement se dévoile : pas d’élections en 2017

  Programmer les élections pour un coût global estimé par la Ceni à 1,8 milliards Usd est loin...

  • Accord du 31 décembre: le G7 lance un appel à la mobilisation générale

    Accord du 31 décembre: le G7 lance un appel à la mobilisation générale

    vendredi 17 février 2017 10:31
  • Martyrs de la démocratie

    Martyrs de la démocratie

    vendredi 17 février 2017 09:11
  • Caf-C2 : FC Renaissance joue sa qualification contre FC Akanda

    Caf-C2 : FC Renaissance joue sa qualification contre FC Akanda

    vendredi 17 février 2017 07:15
  • Harcelé par la justice, le G7 soutient Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-MWANZA

    Harcelé par la justice, le G7 soutient Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-MWANZA

    vendredi 17 février 2017 05:59
  • Le gouvernement se dévoile : pas d’élections en 2017

    Le gouvernement se dévoile : pas d’élections en 2017

    jeudi 16 février 2017 10:18
Imprimer

Funérailles de Tshisekedi : chapeau bas à la Belgique

Écrit par LP. Publié dans A la Une

Mention spéciale au Roi des Belges et au Premier ministre belge qui ont fait montre d’un élan spontané de solidarité avec le peuple congolais qui pleure celui qu’il considère – à juste titre d’ailleurs - comme le « père de la démocratie ». Chapeau bas au royaume de Belgique et au peuple belge pour avoir anticipé en offrant le cadre propice à l’organisation des funérailles de l’icône de la politique congolaise.

Depuis le décès, le mercredi 1er février 2017, à Bruxelles d’Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS et du Comité des sages du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, le gouvernement belge s’est impliqué à fond dans l’organisation des funérailles de l’illustre disparu.

Tout Bruxelles s’est retrouvé dimanche au Palais Heysel pour s’incliner devant la dépouille mortelle d’Etienne Tshisekedi, leader de l’UDPS et président du Comité des sages du Rassemblement, décédé le 1er février 2017 des suites, selon des sources médicales, d’une « embolie pulmonaire ». A Kinshasa, comme sur l’ensemble du territoire national, la nouvelle de la mort d’Etienne Tshisekedi a eu l’effet d’une bombe.

En Belgique où il a rendu l’âme, les autorités belges ont manifesté un élan de compassion envers non seulement envers les combattants de l’UDPS, mais surtout envers le peuple congolais qui a perdu, en Etienne Tshisekedi, le « père de la démocratie congolaise ». Depuis le Roi des Belges jusqu’au gouvernement conduit par le Premier ministre, Charles Michel, le Royaume de Belgique a prouvé qu’elle était, avec la mort d’Etienne Tshisekedi, aux côtés du peuple congolais en ce moment où toute une nation pleure son icône, une figure de proue du combat pour l’instauration en RDC d’un Etat de droit.

Dimanche à Bruxelles, le Palais Heysel où a été exposé le corps d’Etienne Tshisekedi a été pris d’assaut par une foule impressionnante, estimée à plus 5.000, selon les organisateurs.Selon la section Benelux de l’UDPS qui s’est chargée de l’organisation de la veillée mortuaire de dimanche, des personnalités belges sont venues s’incliner devant la dépouille mortuaire, parmi lesquelles le ministre d’Etat belge, Herman de Croo, le président du Parti socialiste (PS), Elio Di Rupo, le ministre de la communauté française, André Flahaut, et le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur.

A Bruxelles, c’est toute la Belgique officielle qui s’est mobilisée autour du décès d’Etienne Tshisekedi. Pour preuve, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, s'est rendu vendredi dernier à la résidence bruxelloise d’Etienne Tshisekedi, décédé mercredi soir à l'âge de 84 ans. Le chef de la diplomatie a saisi l’occasion pour présenter ses condoléances à la famille et aux proches, témoignant au même moment sa solidarité envers le peuple congolais et l’ensemble de la classe politique congolaise.

Quelques heures auparavant, le chef de la diplomatie avait, dans un communiqué diffusé par son cabinet, salué « une figure politique marquante de la République démocratique du Congo durant plusieurs décennies». « Le dernier combat d'Etienne Tshisekedi pour le respect de la Constitution et de la démocratie a abouti à la conclusion de l'Accord de la Saint-Sylvestre. La Belgique s'associe à la population congolaise dans sa douleur et dans son souhait de voir cet héritage du président du Rassemblement porter ses fruits et être mis en œuvre », a souligné Didier Reynders.

Le Rassemblement, un précieux héritage à protéger

En juin 2016, c’est sous le leadership d’Etienne Tshisekedi qu’a été créé en le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. Cette plate-forme est le dernier héritage politique qu’Etienne Tshisekedi lègue à la classe politique en vue de réaliser le rêve qui a toujours justifié son combat politique d’une trentaine d’années, c’est-à-dire l’émergence de la démocratie dans un Etat de droit.

A Genval, cette banlieue de Bruxelles, Etienne Tshisekedi a fait preuve d’une modestie et d’une humilité qui a étonné plus d’un. C’est grâce à lui que toute l’Opposition, à l’exception de certaines brebis galeuses, a décidé de s’unir autour d’un idéal et parler un seul langage. Nombre d’observateurs reconnaissent unanimement que la création en juin 2016 du Rassemblement n’aurait pas été possible sans une véritable implication d’Etienne Tshisekedi. Là aussi, le gouvernement belge a joué un rôle important en facilitant le déplacement pour la capitale belge de principaux leaders politiques et sociaux de la RDC.

En effet, entre la RDC et la Belgique, le pont n’a jamais été rompu. Les deux pays entretiennent des liens historiques qui les rendent inséparables. Ils sont d’une certaine manière liés par non seulement l’histoire mais surtout par le sort. Ce qui explique le grand élan de solidarité dont la Belgique a fait montre depuis le décès le 1er février à Bruxelles d’Etienne Tshisekedi.

De Bruxelles jusqu’à Kinshasa, l’on s’attend à ce que la mort d’Etienne Tshisekedi serve de pont pour rapprocher les uns et les autres. A Kinshasa, tout le monde espère que la mort du lider maximo fasse sauter le verrou qui bloque la conclusion de l’arrangement particulier à l’Accord politique du 31 décembre 2016.

Avec la mort d’Etienne Tshisekedi sur le sol belge, c’est aussi la Belgique qui est en deuil. Chapeau bas au pays du Roi Philippe pour cette marque de sympathie envers le peuple de la République démocratique  du Congo.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir