A la Une

Des charniers de plus

Des charniers de plus

Chaque jour qui passe, le drame du Grand Kasaï délivre un secret de plus. Après les huit...

Mafia à la CENI : détournement du contrat « Sitele »

Mafia à la CENI : détournement du contrat « Sitele »

Dans ses investigations sur la gestion à la Commission électorale nationale indépendante,...

Phénomène Kamuina Nsapu : la désillusion du gouvernement Badibanga

Phénomène Kamuina Nsapu : la désillusion du gouvernement Badibanga

Les populations de l’espace Kasaï ne connaissent pas encore la paix et la sécurité. Même à...

Répartition des postes entre composantes: les ministères régaliens posent problème

Répartition des postes entre composantes: les ministères régaliens posent problème

Intérieur, Défense, Justice, Finances et Affaires étrangères Une fois de plus, la plénière...

Conseil de sécurité : She Okitundu dans le déni de la réalité

Conseil de sécurité : She Okitundu dans le déni de la réalité

«Il n’existe aucune manœuvre pour retarder la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre...

Imprimer

Haro sur les alliés de Tshisekedi ou taupes de la MP

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

Pendant que la nation congolaise pleure le grand défenseur de la démocratie, les adeptes de la politique de bas étage refusent de faire la trêve. Un plan machiavélique a été concocté pour affaiblir autant l’UDPS que le Rassemblement. Des infiltrés sont déjà dénichés ; des mallettes bourrées de billets verts circulent. Objectif : atomiser le Rassemblement, dernière œuvre politique du lider maximo. Haro sur les alliés de Tshisekedi qui sont devenus de vraies taupes de la MP !

Tous les projecteurs sont désormais braqués sur le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement pour voir de quelle manière cette plateforme politique va capitaliser les acquis engrangés jusqu’ici sous la présidence d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Le « Rassemblement » est la dernière œuvre politique du président Tshisekedi constituée à l’issue du Conclave de Genval (Belgique) tenu en juin 2016.

C’est avec cette plateforme politique de l’Opposition que le « Sphinx de Limete » a fédéré toutes les forces politiques et sociales acquises au changement en vue des objectifs salutaires pour la République démocratique du Congo, notamment obtenir l’alternance démocratique du sommet à la base, constituer un bloc de vrais défenseurs de la Constitution du 18 février 2006.

Préserver les acquis

La création du Rassemblement s’est avérée une stratégie payante. Au bout de six mois seulement, la plateforme politique a réussi à arracher l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2016 sous la médiation des évêques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). Cet accord a eu l’avantage d’apporter l’apaisement par rapport au carton rouge qui devait être infligé à la Majorité présidentielle et au président Joseph Kabila le 19 décembre 2016 par la population congolaise.

En réalité, le compromis politique de la Saint Sylvestre accorde un sursis au président de la République lequel reste en fonction jusqu’à l’élection d’un successeur élu, d’une part et, d’autre part, confère la primature et la présidence du Conseil national de suivi de l’Accord au Rassemblement. Donc, la transition sera cogérée par la Majorité présidentielle et le Rassemblement auxquels est associée la Société civile.

Seulement voilà, la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre est bloquée par des préalables qui sont apparus au Centre interdiocésain au cours des discussions sur  l’arrangement particulier à cet accord. Contrairement à l’Opposition, la MP s’est montrée non seulement intransigeante mais aussi gloutonne. Du fait de sa détermination à conserver le pouvoir à tout prix. La boulimie du pouvoir quand elle nous prend !

Profitant de la mort d’Etienne Tshisekedi, des forces obscures sont en action avec comme objectif d’affaiblir, sinon neutraliser le Rassemblement, lequel compte cinq composantes, à savoir l’UDPS, le G7, la Dynamique de l’Opposition,  l’Alternance pour la République et les Alliés de l’UDPS.

L’enjeu du combat politique actuel du Rassemblement est de préserver les acquis obtenus jusqu’à ce jour. Aussi les cinq composantes devaient-elles s’inspirer de ce qu’a été le combat d’Etienne Tshisekedi. Le lider maximo est resté constant dans la défense des valeurs démocratiques. Il s’est montré inflexible et  incorruptible face à toutes les avances de la MP qui, malgré elle, a signé l’Accord du 31 décembre 2016 en passant outre celui qu’elle avait déjà conclu deux mois plus tôt sous la facilitation d’Edem Kodjo, un Togolais qui s’est arrangé pour laisser un mauvais souvenir dans l’imaginaire populaire congolais.

Aujourd’hui, la meilleure façon de rendre hommage à Tshisekedi  est de veiller à la mise en œuvre de l’Accord du Centre interdiocésain signé le 31 décembre 2016. Un challenge que le Rassemblement ne peut réussir qu’en étant uni.

Les taupes de la MP sont connues

La MP poursuit sa politique de « diviser pour régner ».  Sa cible : le Rassemblement, et ensuite l’UDPS. L’opinion se souvient du phénomène « Made in MP » du dédoublement des partis politiques du G7 que, fort heureusement, l’Accord du 31 décembre a abrogé. Alors que le compromis du Centre interdiocésain est un « gentlemen agreement » qui assure une gestion apaisée de la période transitoire devant déboucher sur des élections à tous les niveaux, la MP se permet d’activer ses stratagèmes pour affaiblir des partenaires politiques dans le but de torpiller le consensus déjà dégagé.

En effet, plusieurs cadres de certaines composantes du Rassemblement ont été approchés par les barbouzes de la MP pour exécuter la sale besogne de désintégration de l’Opposition en général et du Rassemblement en particulier.  Ces espions sont connus et le moment venu, nous nous ferons le devoir de les dénoncer afin que nul n’en ignore.

A vrai dire, la sale besogne de déstabilisation a commencé. Dans l’UDPS, les hauts cadres de ces partis sont courtisés par les sbires de la MP pour être montés les uns contre les autres dans la perspective du leadership du parti. Les héritiers politiques d’Etienne Tshisekedi ont tout à gagner en s’inspirant de ce leitmotiv : « le peuple d’abord ».

Jean-Marc Kabund, Félix Tshisekedi, Valentin Mubake ou encore Bruno Tshibala, chacun devra mettre de l’eau dans son vin pour non seulement préserver les acquis de l’Accord du 31 décembre, mais aussi faire survivre l’UDPS à la mort d’Etienne Tshisekedi. La fille aînée de l’opposition a besoin de tous ses cadres pour continuer la lutte en faveur des valeurs démocratiques.

Il en est de même de tous les acteurs d’autres composantes du Rassemblement qui sont tentés de servir la division sur un plateau d’or à la MP. Certains acteurs faisant partie des Alliés de Tshisekedi donnent de la voix actuellement pour prétendre qu’il y aurait une guerre de succession au sein du Rassemblement, semant ainsi la zizanie. Alors qu’ils devraient montrer l’ancrage sociologique de leurs partis politiques respectifs.

Des informations à notre possession attestent qu’il y a des politiciens, membres des composantes du Rassemblement, qui ont été recrutés par le pouvoir pour accélérer l’éclatement de ce regroupement politique. Pour l’intérêt supérieur de la nation, Le Potentiel ne s’empêchera pas de publier la liste des personnalités recrutées pour assurer cette sale besogne.

A tout prendre, le Rassemblement de même que l’UDPS comptent en leurs seins plusieurs courants. Ceux-ci doivent contribuer à l’unité et à la force pour l’avenir plutôt qu’à travailler à l’affaiblissement. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le deal a quitté les salons huppés où elle a été négociée en secret pour se retrouver fort malheureusement dans la presse. À titre indicatif « Le Journal », quotidien paraissant à Kinshasa lui...

Facebook FanBox