A la Une

Nikki Haley à Kinshasa : Un message fort de Trump à Kabila

Nikki Haley à Kinshasa : Un message fort de Trump à Kabila

Annoncée depuis la dernière assemblée générale des Nations unies, l’ambassadrice des Etats-Unis à...

Le démineur

Le démineur

Aussitôt que le témoin lui a été passé par son homologue angolais, le nouveau pilote de la...

Qui a bu boira

Qui a bu boira

À l’heure actuelle, accepter de travailler avec le gouvernement congolais, c’est porter un...

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

Imprimer

La RDC saisit l’ONU contre les rebelles du M23 et leurs alliés, le Rwanda et l’Ouganda

Écrit par Matshi le .

Dans une correspondance adressée au Conseil de sécurité, l'ambassadeur de la RDC aux Nations unies  demande au Conseil de sécurité de s'impliquer contre le mouvement rebelle M23, tout en pointant du doigt le Rwanda et l'Ouganda.  

Dans cette correspondance du 27 janvier 2017, l’ambassadeur congolais à l’ONU, Ignace Gata demande aux Nations unies de s’impliquer contre le Mouvement du M23 dont le retour a été attesté la semaine dernière tant par la RDC que par le Rwanda et l’Ouganda, deux pays voisins que Kinshasa accuse de « connivence » avec cette rébellion, révèle le journal en ligne « Politico.cd » dans ses éditions du jeudi 2 février 2017.

Dans sa lettre au Conseil de Sécurité, l’ambassadeur Ignace Gata demande entre autres à l’ONU s’user de son influence pour que le Rwanda et l’Ouganda respecte l’accord signé en 2015 à Addis-Abeba, interdisant tout soutien à ce mouvement rebelle.

Preuves de la présence du M23

Des preuves abondent dans le retour du mouvement rebelle M23 pourtant déclaré détruit et certains de ses membres partis en exile en Ouganda et au Rwanda.

Radio Okapi, la radio onusienne qui citait des sources militaires, annonçait samedi dernier que deux hélicoptères de combat de l’armée congolaise se sont écrasés vendredi dans la province du Nord-Kivu (est de la République démocratique du Congo), faisant trois blessés parmi les membres de l’équipage d’un des appareils, alors que les quatre occupants du second étaient portés disparus.

Dans une conférence de presse cet après-midi du même samedi, le général Léon Mushale, Commandant de la troisième Zone de défense des FARDC a révélé que l’équipage du second hélicoptère a été « capturé » par Sultani Makenga et ses hommes du M23, peu après l’écrasement de leur hélicoptère, démentant toutefois l’hypothèse selon laquelle les appareils auraient été abattus.

Selon des sources concordantes, l’armée a mené une nouvelle opération sur les zones des crashes et sur la position du M23 dimanche. Un affrontement a éclaté, quatre rebelles ont été tués et un a été capturé et présenté à la presse.

De l’autre côté de la frontière, les forces rwandaises ont annoncé avoir vu débarquer sur le sol rwandais une trentaine d’hommes « sans armes » affirmant appartenir au M23 et fuir des combats avec les FARDC.

C’est ainsi que la RDC demande aussi à l’ONU d’enjoindre Sultani Makenga "à mettre fin à cette nouvelle aventure".

Makenga en fuite

Par ailleurs, le général Mushale affirme que Sultani Makenga serait en fuite en ce moment même, laissant « derrière lui des nombreux morts ». Pour lui, ce énième retour en RDC du Mouvement du 23 viendrait « des pays voisins » qui hébergent, entrainent et financent ses hommes.

En outre, dans une interview accordée mercredi 1er février à Politico.cd, Lambert Mende, Porte-parole du gouvernement congolais, a demandé « aux pays voisins » de ne pas servir de « bases arrières » aux rebelles qui viennent agresser la RDC.

"Le seul soutien que nous demandons à nos voisins c’est de ne pas permettre que leurs territoires soient utilisés par des éléments qui déstabilisent la RDC, que leurs pays ne soient pas une base arrière pour l’agression de notre pays", a dit Lambert Mende

 

 

Le mouvement M23 est la toute dernière rébellion tutsi soutenue par le Rwanda et l’Ouganda dans l’est de la RDC depuis la fin de la deuxième guerre du Congo (1998-2003).

Le M23 a été défait en novembre 2013 après 18 mois de guerre menée par les FARDC appuyées par la MONUSO au Nord-Kivu.

Le mouvement a confirmé en décembre 2013 son renoncement à la rébellion lors de la signature des déclarations de Nairobi par lesquelles le gouvernement de Kinshasa et le M23 ont formellement enterré la hache de guerre.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le Cardinal Monsengwo serait une personnalité « expérimentée, consensuelle, apolitique, soucieuse de l'intérêt général, gardienne des archives de la conférence nationale souveraine, base de la fondation...