A la Une

Bon pour le placard

Bon pour le placard

Sous le soleil, la trahison n’a jamais payé. Car, à fin de compte, comme dans un film de...

Les non-dits de la signature de l’arrangement particulier du palais du peuple: des traîtres trahis

Les non-dits de la signature de l’arrangement particulier du palais du peuple: des traîtres trahis

La MP et ses nouveaux alliés débauchés dans le Rassemblement ont réussi leur show jeudi au...

Arrangement particulier : J. Kabila torpille la résolution  2348 du Conseil de sécurité

Arrangement particulier : J. Kabila torpille la résolution 2348 du Conseil de sécurité

La cérémonie de signature de l’arrangement particulier à l’Accord du 31 décembre 2016 a bel et...

Signature ce jeudi  de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

Signature ce jeudi de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

C’est loin du Centre interdiocésain et sans la Cenco que le Parlement a choisi de faire signer ce...

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

L’opération d’enrôlement des électeurs démarre, ce dimanche 30 avril 2017, dans les aires...

Imprimer

Comédie : le spectacle français « Le triomphe de l'amour » s’exporte à Kinshasa

Écrit par Bienvenu Ipan. Publié dans Culture

En collaboration avec le Théâtre de Poche de Bruxelles, le Centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa va projeter, le mercredi 8 février 2017, « Le triomphe de l’amour », comédie française de Marivaux.

Le spectacle « Le triomphe de l’amour » est une comédie de Marivaux, écrite par Prault, dans une mise en scène de Galin Stoev. C’est une comédie en trois actes et en prose de Marivaux représentée pour la première fois par les Comédiens Italiens le 12 mars 1732 au théâtre de l’Hôtel de Bourgogne.

La pièce relate l’histoire d’une jeune princesse, Léonide, qui imagine de s’introduire, sous un habit masculin et le nom de Phocion, dans la demeure où le vieux philosophe Hermocrate vit avec sa sœur et le jeune rejeton d’un trône usurpé, et de se faire aimer à la fois comme homme, par Léontine, la sœur du philosophe, une sage et discrète célibataire de longue date et résignée à son sort ; et comme femme, par le vieux philosophe lui-même, ainsi que par le jeune Agis.

Phocion dit à Léontine qu’il a été tellement charmé d’elle en la voyant se promener dans le bois, qu’il a fait son portrait. Lorsqu’il lui montre ce portrait, elle n’en croit rien d’abord. Ensuite elle est étonnée, flattée, puis finalement charmée au point d’en perdre la raison. La conquête du frère est plus difficile : la princesse lui confie qu’elle s’est déguisée en homme pour s’approcher de lui, parce qu’il ne l’aurait pas reçue sous les habits de son sexe, qu’elle l’a aimé sur sa réputation d’abord, et ensuite sur sa vue.

Rendez-vous pris

Au moment où il se trouble, Arlequin apporte, comme pièce de conviction contre l’intrus, qu’il n’aime pas, un portrait du philosophe, qu’il a découvert chez Phocion. Le philosophe n’y tient plus et consent à poser pour quelques retouches à faire.

Le « triomphe de l’amour » réside dans la réussite complète des plans de Léonide : Léontine et Hermocrate ont beau résister avec héroïsme jusqu’à la fin, tous deux finissent peu à peu par se laisser envahir par l’amour. Léontine consentira à se laisser enlever pour se marier à la ville voisine tandis qu’Hermocrate acceptera, pour le même motif, de quitter son ermitage.

Décidés, chacun de son côté, à se marier clandestinement, le frère et la sœur, se rencontrent pour prendre congé l’un de l’autre. Cette scène des adieux, qui est aussi celle des aveux, est la plus amusante de la comédie, et graduée avec un naturel et un art merveilleux.

Cette pièce fondée, comme beaucoup d’autres de Marivaux, sur le travesti et la séduction, n’eut pas de succès lors de sa représentation initiale. On fut choqué de voir une princesse de Sparte se déguiser pour se mettre à la recherche d’un jeune homme dont elle ne sait point être aimée, et tromper un philosophe par une fourberie digne de Scapin. Pour le public de l’époque, l’invraisemblance historique tournait principalement autour du fait qu’une princesse de cette importance, qu’il comparait à la fille d’un roi de France, coure les aventures de cette façon. Mal reçue le premier jour, une fois le public habitué à l’invraisemblance historique, sa comédie fut cependant applaudie les jours suivants, mais sans enthousiasme.

Les Congolais et expatriés férus de la comédie ont intérêt de noter ce rendez-vous pour découvrir ce spectacle de comédie française.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Pendant que les acteurs politiques signaient ostentatoirement hier au Parlement l’arrangement particulier à l’Accord de la saint-Sylvestre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du...